MPTCP vs Dual WAN

L’inconvénient des routeurs Dual/Multi WAN est de présenter plusieurs adresses publiques. Cela peut poser des problèmes d’identification sur certains schémas d’authentification en mode client mais également un casse-tête pour les connections entrantes. Pour y remédier tout le monde (dans notre monde…) a entendu parler de la solution OTB proposée par OVH, qui n’est jamais que l’intégration de technologies existantes mais qui permet de travailler avec une IP publique unique. Depuis la mise en production commerciale le projet semble assez stable, il ne bouge plus trop, par contre les tarifs ont explosés.

Il existe une alternative, openMPTCProuter qui s’appuie sur les mêmes technologies mais en version open et va permettre l’agrégation de 8 liens (xDSL, fibre et 4G) tout en utilisant une seule IP, celle du serveur VPS sur lequel elle s’appuie. Il faut bien comprendre que pour utiliser cette solution vous aurez besoin d’un serveur VPS pour supporter le serveur de relai et votre nouvelle IP publique. Il existe des VPS à partir de quelques euros (OVH, Online), ce qui sera important ici c’est d’une part la latence, il faut donc un VPS proche, et d’autre part que la bande passante du VPS soit supérieure à la bande passante agrégée, tout du moins si vous cherchez à atteindre un débit supérieur. Mais cette tecno peut aussi être déployée dans le but de sécuriser un site, auquel cas le débit importe moins…

Déploiement

On va commencer à installer le serveur sur un VPS ou une VM Linux disposant d’une IP publique, je ne vais pas recopier, tout se trouve ici. Attention à bien respecter les versions minimales des distributions.

Ensuite on passe du côté du routeur. J’ai bêtement beaucoup galéré en voulant installer le routeur dans une VM ESXi, il semblerait que cette image comporte quelques bugs non résolus.(voir plus bas). Le plus simple pour tester est donc de le faire sur un Raspbery, dans mon cas un PI3, j’ai gravé l’image que l’on trouve ici avec Etcher et configuré en me laissant guider avec les infos du VPS, le tout en 10 minutes avec un résultat parfait. Attention toutefois à penser de désactiver le DHCP des box pour ne laisser actif que celui du routeur MPTCP.

En mode production la question du DHCP pourra se poser si l’on dispose déjà d’un DHCP sur un serveur ou un NAS, mais on peut aussi envisager plusieurs modes de fonctionnement, dont un qui consisterait à faire fonctionner le routeur MPTCT en mode bridge et le coller sur le port WAN du routeur existant sur le site. Ainsi on ne perdrait pas les bénéfices de son routeur préféré, un USG dans mon cas, tout en m’affranchissant des contraintes du Dual WAN.

On notera que cette solution fonctionne dans les deux sens, il sera ainsi possible d’utiliser la nouvelle IP publique pour publier des services et ainsi résoudre la problématique de ceux qui ne disposent pas d’une IP fixe.

Pour l’instant openMPTCProuter n’est qu’une succession de betas, la mise en production semble donc hasardeuse. La solution semble stable, les débits en download sont très bons par contre l’upload reste en retrait. Des tests plus approfondis s’imposent et la mise en commun des expériences de tous est bienvenue ! 

Remarques et astuces

ESXi : Pour que le routeur (coté client) puisse fonctionner sur ESXi, il faut simplement accepter le mode Promiscuous dans les options de sécurité du vSwitch0 dans la configuration réseau du serveur ESXi. Par contre rien de spécial à faire si le VPS est sur un serveur ESXi. Coté VPS sur ESXi, il est possible d'installer les VM-Ware tools.

DHCP : Il est tout à fait possible de désactiver le serveur DHCP sur le LAN du routeur openMPTCP si on a déjà un tel serveur (AD ou Synology par exemple).

IPV6 : Si pas d'IPV6 sur le VPS ou IPV6 mal configuré il vaut mieux désactiver, surtout pour les premiers tests.

Performances : Sur un Raspberry 3 qui n'a qu'une interface Ethernet 100 : 85 Mb/s Max. Sur un ESXi j'ai fait 150 Mb/s avec deux lignes vDSL.

Sources

https://www.multipath-tcp.org/
https://openwrt.org/
https://github.com/Ysurac/openmptcprouter/wiki
http://blogwifi.fr/openmptcprouter-vs-overthebox/

Télécoms : Fiabiliser et économiser

Alors que le marché télécom des particuliers jouit d’une concurrence effrénée, qui tourne globalement à l’avantage du consommateur, le marché des professionnels reste lui bien souvent sous la coupe de l’opérateur historique ou de quelques alternatifs qui pratiquent les mêmes méthodes tarifaires.

Exemple vu récemment : 1 ligne analogique pour l’ADSL : 31.29 € + 1 ADSL Pro : 107.00 € + 1 formule fourre-tout pour deux canaux fixe sur RNIS à 142.95 € auquel il fallait ajouter les frais d’un prestataire pour installer et maintenir le PBX local (on parle de factures mensuelles hors taxes).

Quelle est la différence entre la ligne ADSL d’un particulier et celle d’un professionnel dite Pro ? Techniquement aucune. Ah si, une IP fixe chez Orange car ils ne la fournissent pas aux particuliers, et surtout ils imposent des abonnements Pro dont le tarif est au minimum le double pour les professionnels, aux motif d’une GTR. Une garantie souvent illusoire car en cas de panne elle jouera peut être mieux sur un incident local mais pas vraiment pour un incident généralisé ou la pression du grand public est généralement plus importante et forcera l’opérateur à réagir rapidement. Quant aux compensations…

Bref, le budget des télécoms est un budget récurent, un poste important dans une petite structure. Donc soyez malins et surtout fuyez les abonnements tout compris qui n’ont d’autre but que d’enfermer le client dans un package plus difficile à migrer.

Attention toutefois, il n’y a pas de règles toutes faites, en matière de télécoms chaque situation est un cas unique. Je cite des exemples mais il faudra s’adapter à chaque situation particulière (ville, campagne, contraintes, taille de l’entreprise, volumes échangés, sécurité, etc…).

Internet

Pour n’importe quel professionnel Internet est devenu stratégique. Alors que faire ? Croire un opérateur qui va vous dire qu’il est meilleur que l’autre ou organiser sa propre continuité de service ? Personnellement je ne leur fait pas confiance et je préfère m’organiser. La bonne stratégie consiste à mon sens à utiliser deux médias, l’un filaire (Adsl ou fibre, 30 €) et l’autre radio (4G). Sauf quand on n’a pas le choix (pas de 4G) on évitera deux medias filaires car il y a des chances qu’ils partagent des infrastructures communes, ce qui risque de les rendre tous deux inopérants vis-à-vis de de certaines pannes. Quant au secours en 4G il faudra bien sur opter pour l’opérateur qui dispose d’un bon réseau sur le site, Free propose de l’illimité, mais à condition de se trouver à proximité d’un de ses relais. Ce n’est pas très important car on parle de secours, et 20 ou 50 GO seront suffisants dans la majorité des contextes professionnels pour assurer cette fonction. Ce qui compte c’est la qualité de la 4G sur le site, et pour le savoir il n’y a pas d’autre solution que de tester avec 4 abonnements différents avant de choisir.

Une fois ce choix effectué il faudra adapter le matériel et opter pour un routeur Dual WAN. Certains proposent le support natif d’une SIM de secours en 4G alors que d’autres disposent de plusieurs ports WAN sur lesquels on connectera les divers modems (TP-Link, Cisco RV, Unifi, etc… auquel on ajoutera un modem 4G Ethernet, Netgear ou Zyxel par exemple). On peut également opter pour une solution de type MPTCP (OTB d’OVH en version commerciale) ou le but premier est l’agrégation mais qui gère également le secours.

Dans tous les cas l’objectif est double. Faire des économies sur les abonnements et assurer une continuité de service immédiate. Je parle d’immédiateté car la meilleure des GTR imposera toujours le passage par un call center pour signaler l’incident et un temps de réaction. Donc du temps de perdu qui peut rapidement couter très cher à un professionnel.

La téléphonie

Pendant longtemps France Télécom a déployé du RNIS chez les professionnels en louant des lignes et des PBX. L’arrivée d’une timide concurrence n’a pas changé grand-chose, l’objectif premier des opérateurs étant avant tout d’assurer leurs marges. On ne va pas le leur reprocher, c’est le principe de l’économie de marché, il faut juste être plus malin.

Si le téléphone fixe d’un pro a longtemps été stratégique, cela s’est un peu atténué à l’heure où tous les collaborateurs disposent d’un mobile.

La solution pour un professionnel, et surtout pour un petit professionnel, est de s’affranchir de cette artillerie lourde d’un autre âge et d’opter pour de la téléphonie IP ou l’infrastructure est hébergé par le fournisseur. On trouve sur le marché plusieurs offres, je prendrais ici l’exemple de l’offre d’OVH ou l’on peut facilement remplacer un PBX et sa ligne RNIS par une offre à 5 à 15 € / mois pour deux communications simultanées sur 6 postes DECT (Gigaset N510IP) et une importante valeur ajoutée en terme de services inclus. Pour une installation plus conséquente, il est également possible de déployer de postes d’entreprises et un standard. Un poste téléphonique IP n’est pas lié à un lieu, ainsi le télétravailleur pourra disposer d’un poste d’entreprise à son domicile en toute transparence.

La téléphonie sur IP fonctionne via le réseau Internet qui sera sécurisé grâce au Dual WAN. Quant à savoir si ces solutions sont mures, la réponse est oui, pour preuve, Orange a récemment décidé de ne plus installer de lignes classiques mais uniquement de la VOIP.

Vos idées et vos expériences sont bien sur les bienvenues !