De Jeedom à Home Assistant

ARTICLE INCOMPLET EN COURS DE RÉDACTION

Ce ne sont que mes notes compilées au fil de l'eau...
N'hésitez pas à revenir ou d'utiliser la touche F5, et de me signaler les erreurs :-)

Suite à cet article les choses ont bien avancées. Mon premier soucis étant le chauffage, l'objectif étant de faire au moins aussi bien avec HA qu'avec Jeedom. La philosophie des deux produit est bien différente, sur Jeedom on confie les taches à des plugins plus ou moins stables, sous HA on prend un éditeur et on code, et comme je ne sais pas trop faire, comme beaucoup je suis devenu le roi du copié collé, en essayent de comprendre ce que je fais. Mais quand une fonction est ok, elle est très stable et pas sujette à une mise à jour de plugin foireuse.

Installation 

On part du principe que vous avez installé Home Assistant, pour ma part HASS.IO dans une VM ESXi, mais cela est tout à fait envisageable sur un RPI 4 ou au pire un RPI 3. Je n'arrivais pas à convertir le VMDK proposé. Impossible à installer sans conversion, erreurs lors de la création de la VM. Il y a un très bon tuto ici et une aide . Après avoir perdu 3 heures j'ai refait la même conversion avec une autre console ssh et là j'ai un retour positif !

# /vmfs/volumes/datastore1/Home Assistant # vmkfstools -i "ha38.vmdk" "ha.vmdk"
Destination disk format: VMFS zeroedthick
Cloning disk 'ha38.vmdk'...
Clone: 100% done.

Et du coup ça s'installe bien ! Sous Windows la première console SSH était Terminus qui en principe fonctionne bien, la seconde Bitwise SSH. Je pense à un problème de mapping de caractères.

Premier démarrage

Quand HA se lance il va reconnaître tout seul ce qu'il connait et qui est disponible sur le réseau local. Sonos, des ampoules Xiaomi, mon contrôleur Unifi et surtout ma passerelle Zigbee Phoscon et ses équipements ! Et d'autres bricoles, si tant est que les bonnes clés soient branchées sur la machine... Un vrai +

Les choses à installer ensuite

  • SSL : Le plus simple est d'utiliser DuckDNS. Ca prends 5 Minutes, mais le plugin Let'sEncript fait aussi le travail sur un domaines personnalisé avec les API OVH ou CloudFlare, entre autres, mais pas avec Gandi. Comme ce n'est pas non plus l'adresse d'un site public, je conseille DuckDNS qui me semble bien plus stable. Bien sur avant ça on ouvre le port idoine sur le routeur, mais ça vous maîtrisez déjà. (voir plus bas le chapitre SSL).
  • L'addon Configurator qui vous sera très rapidement indispensable.
  • L'addon SAMBA vous permettra d’accéder aux fichiers de config depuis votre ordinateur Windows ou Mac.
  • L'addon SSH pourra être utile également.
  • L'addon Check Home Assistant Configuration sera lui utile pour faire une vérification de cohérence avant une mise à jour.

Comme je n'ai pas besoin d'une solution domotique pour allumer deux ampoules on va passer sur ce sujet, mais tout comme Jeedom, HA sait automatiser plein de choses. On  va donc passer au cœur de ma problématique, et il en découlera plein d'autres rencontrées au fil de ces jours et nuits ou je me suis plongé dans Home Assistant.

Chauffage et climatisation

Pour gérer le chauffage électrique sous Jeedom je me sert essentiellement de 3 plugins.

Thermostat

Sous HA il faudra les implémenter les thermostats à la main. Le mieux est de créer un /config/climate.yaml et de l'inclure dans /config/configuration.yaml

climate: !include climate.yaml

Dans climate.yaml on va installer et paramétrer les thermostats :

- platform: generic_thermostat
  name: Thermostat Cuisine
  heater: switch.study_heater # On indique ici le relais on/off du convecteur
  target_sensor: sensor.mi_cuisine # On indique ici le capteur de température
  min_temp: 15
  max_temp: 21
  ac_mode: false
  target_temp: 17
  cold_tolerance: 0.3
  hot_tolerance: 0
  min_cycle_duration:
    seconds: 5
  keep_alive:
    minutes: 3
  initial_hvac_mode: "off"
  away_temp: 16
  precision: 0.1

Il est important de faire très attention à l'indentation, on est dans des fichiers .yaml et les règles propres à Yaml s'appliquent ici scrupuleusement. Dans bien des cas Configurator ne vous laissera d’ailleurs pas sauvegarder si le fichier est mal formaté.

Autre chose. Etant donné que toutes la documentation, les sites, ainsi que la majorité des tutos sont en anglais, je vous recommande de passer l'interface de HA en anglais, ça sera plus simple pour suivre...

Une fois que notre thermostat est installé il faut relancer HA. C’est une des plaies de HA, pour l'instant et on passe pas mal de temps à relancer. D’où l’intérêt qu'il soit installé sur une machine un peu puissante. On peut ensuite aller sur la page d’accueil de HA pour y ajouter le thermostat, en passant en mode configuration, en haut à droite, et obtenir ce joli visuel, tant sur votre desktop que via l'application mobile, qui du reste est un pur bonheur quand on pense à l'application mobile (payante) de Jeedom. Il existe des variantes possible de présentation et de customisation.

A ce stade on a obtenu très rapidement un thermostat fonctionnel, mais manuel. Sous Jeedom j'utilisais pour le piloter les plugins MODE et AGENDA, et j'avoue que le résultat était quasi parfait. Sous HA on va pouvoir facilement (enfin j'ai tout de même un peu cherché) utiliser input.select pour remplacer le plugin MODE, par contre coté agenda c’est un peu le désert pour l'instant et il va falloir faire ses propres automatisations, mais il y a des choses qui se préparent (1 | 2 | 3). On pourrait également utiliser Schedy qui m'a parut complet mais complexe, et surtout dépourvu d'interface. Donc dans un premier temps je vais faire la programmation de mes thermostats avec ce qui est disponible de base dans le core de HA.

Les modes et les consignes

Je me sert sous Jeedom de plusieurs commutateurs de modes, par exemple pour définir différents modes de chauffage selon que je suis seul, que je reçoit du monde à dîner, que j'ai des visiteurs qui passent le week-end à la maison, ou encore que ma fille ou mon fils sont présents, elle ou lui, ou les deux. Chaque mode sous entend des plages horaires de chauffage différentes et des températures de consigne adaptées à la situation. Actuellement le passage entre les différents modes est manuel, mais il pourrait être automatisé en relation avec mon agenda Outlook ou Google.

Avec input.select je vais pouvoir définir une sorte de combo que je placerait sur ma page d'accueil. Soit dans configuration.yaml, soit dans un fichier dédié que j'aurais inclus comme expliqué plus haut.

input_select:
  office_radiator:
    name: Radiateur Bureau
    icon: mdi:radiator
    options:
     - Arrêt
     - Hors-Gel
     - Eco
     - Confort -
     - Confort
     - Confort +

  chauffage_enfants:
     name: Modes du Chauffage Enfants
     icon: mdi:account-switch
     options:
     - Présence
     - Présence Antoine
     - Présence Marie
     - Abscents

  chauffage:
     name: Mode du Chauffage
     icon: mdi:home-minus
     options:
     - Normal
     - Diner
     - Week-End
     - Abscent

Le premier servira à piloter un thermostat à la française, c’est optionnel et il faudra le dupliquer sur n thermostats. Les autres pays ne se servent pas de ces modes hérités du fil pilote.ils agissent directement sur la valeur de consigne. A vous de voir si vous souhaitez les conserver. On verra plus loin comment les associer aux thermostats.

Le second mode est dédié à la présence des enfants, tandis que le troisième sera celui utilisé au quotidien. Et voici ce que ça donne sur l'interface de HA.

Maintenant il va falloir un peu de code pour faire communiquer tout ça. On peut le générer avec Configuration/Automation, plus facile pour débuter, mais qui produit un code moins propre, ou directement en éditant automations.yaml dans Configurator. La première solution évite le redémarrage, et c’est ce que je conseille en phase de test.

Les consignes avec input.select

On va donc créer une "automation" qui aura pour Trigger (déclencheur) input_select.office_radiator (notre premier input.select) et en action le code suivant (en mode édition YAML) qui permetra d'affecter au thermostat les différents preset de température :

data_template:
  temperature: |
    {% if is_state("input_select.office_radiator", "Confort") %}
      20
    {% elif is_state("input_select.office_radiator", "Confort -") %}
      19
    {% elif is_state("input_select.office_radiator", "Confort +") %}
      21
    {% elif is_state("input_select.office_radiator", "Eco") %}
      17
    {% elif is_state("input_select.office_radiator", "Hors-Gel") %}
      5
    {% elif is_state("input_select.office_radiator", "Arret") %}
      0
    {% else %}
      0
    {% endif %}
entity_id: climate.thermostat_bureau
service: climate.set_temperature

Etant donné que je suis plus système et réseaux que développeur, je n'ai pas tout compris, mais ça fonctionne, et si j'actionne ma combo sans l'interface les températures de consignes changent sur mon thermostat. Pour programmer un thermostat sur une plage horaire on pourra ainsi le faire en indiquant directement une température de consigne, mais également une mode prédéfini.

Les modes avec input.select

Ici on va gérer les modes de vie et de présence. On les actionnera manuellement avec la combo, mais on pourrait également les programmer ou les basculer avec une application de géolocalisation ou un tag de présence. On va donc créer une "automation" qui aura pour Trigger (déclencheur) input.select.chauffage (notre troisième imput.select par exemple) et en action le code suivant (en mode édition YAML) qui permettra d'affecter au thermostat les différents preset. On voit ici que l'on peut ajouter une seconde action pour déclencher de la même façon de scripts, par exemple pour activer ou désactiver des automatisations.

La première action pour changer l'état d'un thermostat :

data_template:
  option: |
    {% if is_state("input_select.chauffage", "Normal") %}
      Confort
    {%-elif is_state("input_select.chauffage", "Diner") %}
      Confort +
    {%-elif is_state("input_select.chauffage", "Week-End") %}
      Confort -
    {%-elif is_state("input_select.chauffage", "Abscent") %}
      Hors-gel
    {% endif %}
entity_id: input_select.office_radiator
service: input_select.select_option

La seconde action pour exécuter des scripts ou des automation en fonction de l'état :

data_template:
  entity_id: |
    {% if is_state("input_select.chauffage", "Normal") %}
      script.1580948753991
    {%-elif is_state("input_select.chauffage", "Diner") %}
      script.1580948753992
    {%-elif is_state("input_select.chauffage", "Week-End") %}
      script.1580948753993
    {%-elif is_state("input_select.chauffage", "Abscent") %}
      script.1580948753994
    {% endif %}
service: script.turn_on

Voilà pour vous expliquer ce que l'on peut faire d'input.select. Mais input.select comme d'autres états peut également servir à autre chose. Et notamment on va s'en servir en tant que "condition" puisque il s'agit d'un état commuté.

Les plages horaires basées sur input.select

Chacun emménage son mode de vie dans son logement comme, et ce mode de vie est également lié aux pièces et à leur dispositions. Faute d'agenda intégré on va donc définir des des Automations de planification. Pour chaque zone qui pourra contenir plusieurs thermostats il faudra une Automatiion de mise en route dans un mode de Confort et une automation de mise en route en mode Eco (en utilisant les modes prédéfinis ou des températures (Dans Action, on n'utilisera pas la fonction Wait car faute d'un agenda qui re schedulerait la valeur de cette fonction serait perdue en cas de redémarrage de HA). Enfin ces deux Automations seront conditionnées par l'état de notre Mode, ainsi se déclencheront uniquement les événements du mode choisit.

- id: '1580935599789'
  alias: 'Thermostat : Normal / Eco (Cuisine, Hall)'
  description: 'Passage en mode...'
  trigger:
  - at: 00:30:00
    platform: time
  condition:
  - condition: state
    entity_id: input_select.chauffage
    state: Normal

  action:
  - data:
      entity_id: input_select.office_radiator_hall
      option: Eco # Ici on applique un preset
    service: input_select.select_option

  action:
  - data:
      entity_id: input_select.office_radiator_kitchen
      temperature: 19 # Ici on applique une température
    service: input_select.select_option

Alors en attendant une véritable fonctionnalité de planification, voici ce que j'ai trouvé en quelques jours.  C'est donc un peu fastidieux, mais au final pas plus qu'avec des plugin Jeedom car ici le copié collé est roi ! Pour modifier les valeurs de consigne dans l'interface, pour le coté WAF s'entend, il est possible d'utiliser la fonction input.number de de créer un Slider :

input_number:
  slider1:
    name: Confort
    initial: 20
    min: 18
    max: 24
    step: 0.1
    unit_of_measurement: °C

Le mode Absent sera quant à lui géré par un script qui passera tous les thermostats sur Hors-Gel et toutes les Automations en mode désactivé. Il me faut également intégrer la planification ECS et VMC ainsi que le déclenchement de la VMC sur un seuil d'humidité, ce qui devrait se faire facilement.

Enfin, la reprise après une redémarrage de de HA. Je pense que la position des thermostats et des états restent tel qu'ils étaient avant avant l'incident. Point à vérifier.

Voilà une façon basic de remplacer le trio de plugins Jeedom Thermostat/Mode/Agenda. J'ai fait avec ce que j'ai découvert en quelques jours et je reste persuadé qu'il existe d'autres façons de faire ou d'optimiser. Je n'ai pas testé en situation, mais ça fonctionne avec une ampoule de test. 

Sondes et actionneurs

Si mes équipement Zigbee sont nativement reconnus via ma passerelle Phoscon (mais ils le sont également nativement si la clé est sur HA), pareil pour les équipement Shelley et Tuya (en cloud pour ce dernier), j'ai un problème avec mes équipements gérés par un truc bien de chez nous, le RFPlayer. Ca concerne de X2D, du Di-O en RF433, du Visonic en RF868 ainsi que mes détecteurs de coupure électrique et ma mesure de consommation électrique. J'ai un autre problème, mon hyperviseur ESXi est dans le garage, donc pas vraiment au centre de la maison pour y coller une clé Bluetooth Sena. Bref, dilemme !

J'ai donc commencé par installer un second HA en remote sur un RPI3 déporté pour gérer le Bluetooth. Çà fonctionne très bien et HA peut gérer plusieurs HA distants. Et puis il m'est venu une idée à la hauteur de mon désaveux pour Jeedom, l'utiliser en esclave !

Esclavage de Jeedom

Si le terme est un peu exagéré, il s'agit dans mon idée de continuer à utiliser les équipements qui ne sont disponibles que sur Jeedom. J'ai d'abord testé avec les URL de Jeedom disponibles sur tous les équipements, ça fonctionne mais c'est un peu vintage à l'heure ou MMQT est sur toutes les lèvres et que je suis le seul à ne pas l'utiliser. Allez on s'y colle !

MQTT

Il s'agit d'une messagerie d'objets à objets. Il faut un Broker (serveur d'échange) qui peut se trouver n'importe ou sur le réseau, c’est mieux, mais dans l'absolu il est possible d'utiliser un Broker public sur internet.

Ensuite il faut un client sur chaque objet ou solution domotique qui intègre des objets. Coté Jeedom il y en a deux de disponibles, j'ai installé le plugin JMQTT car à la lecture des forums son développeur me parait moins lunatique que l'autre... Et coté HA il suffit d'utiliser MQTT qui est intégré nativement.

Coté Jeedom le plugin s'installe facilement si ce ne sont les dépendances qui prennent un temps de fou. Ce plugin présente l'avantage d’installer en même temps le broker Mosquitto. Pratique si on n'en a pas déjà un sur le réseau. On configure le broker et on ajoute un équipement (sonde Bluetooth ici) avec les actions que l'on souhaitera échanger avec HA via MMQT.

Pour les tests on pourra se servir du bouton tester, mais ensuite il faudra créer un ou créer une action afin qu'à chaque changement de valeur de la sonde le message idoine soit transmis via MQTT. Dans un premier temps j'avais créé un scénario pour faire bouger MQTT, mais au final je j'ai fait dans la configuration de la sonde comme expliqué ici.

Coté Home Assistant on active MQTT via les intégrations et on configure le broker qui dans ce cas se trouve sur l'IP de Jeedom et on ajoute ce code dans /config/configuration.yaml :

sensor:
    - platform: mqtt
      state_topic: 'jeedom/temp'
      name: 'BT Température'
      unit_of_measurement: '°C'
      value_template: '{{ value_json.temp }}'
      - platform: mqtt
      state_topic: 'jeedom/humidity'
      name: 'BT Humidité'
      unit_of_measurement: '%'
      value_template: '{{ value_json.humidity }}'
      - platform: mqtt
      state_topic: 'jeedom/battery'
      name: 'BT Batterie'
      unit_of_measurement: '%'
      value_template: '{{ value_json.battery }}'

Et nous voici avec notre capteur Bluetooth rattaché à Jeedom disponible en temps réél sur HA. Simple !

Bluetooth 

Le Bluetooth et notamment BLE est bien sur géré des base. Pour les capteur Xiaomi il existe un composant pour améliorer l'ordinaire qui reste perfectible. Mais pour peu que HA soit installé dans une VM sur un serveur au fond du garage, va se oser un problème de portée. Si dans un premier temps je vais utiliser l'esclavage Jeedom.

Il existe une passerelle Bluetooth / MQTT (bt2mqtt) que l'on pourra monter sur un RPI 3 ou Zero, même si pour l'instant elle ne supporte pas tous les types de capteurs, et voici comment l'installer sur une carte Rasbian : (Notes de Sébastien à tester et à corriger le cas échéant).

Installation
sudo apt update && sudo apt upgrade -y
sudo apt install git virtualenv python3 python3-virtualenv python3-pip python3-wheel bluetooth bluez libglib2.0-dev -y
pip3 install --upgrade virtualenv
git clone https://github.com/zewelor/bt-mqtt-gateway.git
cd bt-mqtt-gateway
virtualenv -p python3 .venv
source .venv/bin/activate
sudo pip3 install -r requirements.txt
Configuration
sudo hcitool lescan (va trouver tous les devices Bluetooth disponibles)
cp config.yaml.example config.yaml
nano config.yaml (Editer avec les devices trouvés précédement dont on veut remonter les infos)
pip3 install `./gateway.py -r configured`
source .venv/bin/activate
sudo ./gateway.py -d (Test de la configuration en mode debug)
Déploiement
sudo cp bt-mqtt-gateway.service /etc/systemd/system/
sudo nano /etc/systemd/system/bt-mqtt-gateway.service
sudo systemctl daemon-reload
sudo systemctl start bt-mqtt-gateway
sudo systemctl status bt-mqtt-gateway
sudo systemctl enable bt-mqtt-gateway

Attention: Il faut définir le chemin absolu du fichier service.sh dans bt-mqtt-gateway.service

Oui, Mais... Un peu compliquée ces passerelle DIY à mon gout... Il existe une autre voie qui va me permettre de désosser encore un peu Jeedom. Un HA en remote sur un RPI que je vais placer au centre de la maison. Sur ce RPI je vais y coller ma clé Bluetooth SENA, et la clé Combee II (ZWave si on en a), ensuite de quoi il suffit d’installer sur le master le composant Remote... Les performances sont au top et on peu même imaginer d'avoir plusieurs HA en remote via Internet (famille, etc...). Attention à bien filter ce que vous souhaitez importer avant le lancement, faute de quoi toutes les entitées es disponibles sur le distant seront remontées...

remote_homeassistant:
  instances:
  - host: '192.168.210.43'
    port: '8123'
    secure: false
    verify_ssl: false
#    access_token: !secret rpi_access_token
    access_token: myRemoteToken
    entity_prefix: "rpi_"
    include:
      domains:
      - sensor
#      - switch
#      - light
#      - group
#      - zwave
    subscribe_events:
    - state_changed
    - service_registered
#    - zwave.network_ready
#    - zwave.node_event
    filter:
    - entity_id: sensor.rpi_mi_*

IPX800 et autres équipements Jeedom

Je pourrais ainsi gérer ma vieille carte IPX800 v2 qui bien qu'ancienne fonctionne parfaitement, d'autant que chaque relais est équipé d'un contacteur de puissance, et qu'elle peut être configurée pour retrouver son état après une coupure électrique. Pour tester je l'ai fait en direct en mode URL, c'est simple, d'autant plus que cette carte ne propose pas de retour d'état direct, il va falloir interroger le fichier status.xml ...

IPX800 v2 (sur les versions suivantes il doit être possible de le faire en rest), on part toujours du principe que vous utilisez un fichier switch.yaml inclut depuis le ficher de configuration principal.

-  platform: command_line
   switches:
     ipx800:
       command_on: 'wget -O- "http://192.168.210.31/preset.htm?led7=1" >/dev/null'
       command_off: 'wget -O- "http://192.168.210.31/preset.htm?led7=0" >/dev/null'
       friendly_name: VMC

Pour gérer le retour d'état sur une IPX800 v2 il faut interroger le fichier status.xml. Là j'avoue qu'avec mes lacunes en matière de parse ça m'a pris du temps... (mes premières version en commentaire pour parvenir à une seule ligne car seule la valeur true nous intéresse (à noter que sur une seule ligne il faut remplacer les " de la partie recherchée par des ', un mystère pour moi...). Attention également à un autre piège, dans le fichier de status les relais, appelés led sont numérotés de 0 à 7 alors que pour les actionner il faudra le faire de 1 à 8, pas très cohérent tout ça...

    command_state: 'curl "http://192.168.210.31/status.xml"'
    value_template: '{% set status = value | regex_findall_index("<led6>(.*)</led6>") %} {% if status == "1" %} true {%- endif -%}'
#
#    value_template: >  # Variante 2
#      {% set status = value | regex_findall_index('<led6>(.*)</led6>') %} {% if status == "1" %} true {%- endif -%}
#
#    value_template: >  # Variante 1 (départ)
#      {% set status = value | regex_findall_index('<led6>(.*)</led6>') %}
#      {% if status == "1" %}
#        true
#      {%- elif status == "0" -%}
#        false
#      {%- endif -%}

Pour utiliser des équipements qui seront gérés par notre esclave Jeedom, c’est encore plus simple en utilisant les url API. Le retour d'état (souvent virtuel sur de vieux équipements) est signalé par un 0 ou un 1, simple. On part toujours du principe que vous utilisez un fichier switch.yaml inclut depuis le ficher de configuration principal.

- platform: command_line
  switches:
    dio_presence_exterieur:
      command_on: curl "https://canaletto.x:6969/core/api/jeeApi.php?apikey=xxxxxx&type=cmd&id=4106"
      command_off: curl "https://canaletto.x:6969/core/api/jeeApi.php?apikey=xxxxxx&type=cmd&id=4108"
      command_state: 'wget -O- "https://canaletto.xxx:6969/core/api/jeeApi.php?apikey=xxxxxx&type=cmd&id=4105"'
      value_template: '{{ value == "1" }}'
      friendly_name: Présence Extérieur

Home Assistant pour la sécurité

Si HA ne replacera jamais une véritable centrale de sécurité, cette fonctionnalité est intégrée et permettra en se servant de capteur de présence ou d'ouverture de déclencher une alerte ou une notification silencieuse. On ajoute ce code dans /config/configuration.yaml :

  alarm_control_panel:
  - platform: manual
    name: Home Alarm
    code: 1234
    pending_time: 30
    armed_home:
    pending_time: 0
    triggered:
    pending_time: 20
    trigger_time: 4

On place un input-text  dans ce même fichier configuration.yaml. Celà va nous aider pour les notifications détaillées.

input_text:
  trigger_source:
     name: Trigger Source # alarm notification

Ensuite on crée une Automation et le tour est joué, dans mon cas je ne fais que recevoir une notification sur Slack, mais il est tout à fait possible d'actionner une sirène, de faire clignoter des lampes...  Il restera à trouver une sirène autonome en Zigbee (ou autre, la plateforme HA est autonome et secourue, les capteurs également, il faut donc que la sirène et les notifications le soient).

Normalement le composant Alarme permet de notifier uniquement le fait qu'il y a eu un déclenchement, sauf bien sûr à créer plusieurs Automations. Pour intégrer le tout dans une seule automation et avoir en prime un message indiquant la source du déclenchement (capteur) ainsi que l'horodatage, je me suis inspiré de ce post.

- id: '1580693836436' # cet ID veut dire que j'ai fait ça avec l'interface HA : Automations
  alias: Alarm
  description: 'Détection et Notification'
  trigger:
  - entity_id: binary_sensor.motion_sensor
    platform: state
    to: 'on'
  - entity_id: binary_sensor.window_door_01
    platform: state
    to: 'on'
  condition:
  - condition: state
    entity_id: alarm_control_panel.home_alarm
    state: armed_home
  action:
  - entity_id: alarm_control_panel.home_alarm
    service: alarm_control_panel.alarm_trigger
  - data_template:
    entity_id: input_text.trigger_source
    value: '{{ trigger.to_state.attributes.friendly_name }}'
    service: input_text.set_value
  - data_template:
       message: "Alarme déclenchée par le capteur : {{ states('input_text.trigger_source')\
\ }} à {{now().strftime('%H:%M le %d/%m/%Y')}} \n"
    service: notify.slack_hass_canaletto

Les résultat est : Alarme déclenchée par l'ouverture de la porte d'entrée à 03:10 le 08/02/2020

On peut également fignoler une carte de récapitulatif des capteurs en modifiant le code afin d'obtenir l’affichage du dernier déclenchement, et il est possible de cliquer sur les icônes pour obtenir l'historique.

entities:
   - entity: binary_sensor.pir_hall 
     secondary_info: last-changed


On obtient ainsi un affichage plus explicite

Mais delà ne nous donne que la dernière communication entre le capteur et HA. On peut également créer un sensor: supplémentaire pour obtenir l'heure de la dernière ouverture de la porte, que l'on insérera à la place de l'heure de la dernière communication...

    - platform: template    
      sensors:
        last_open_porte_entree:
          friendly_name: 'Last open :'
          value_template: "{{ as_timestamp(states.binary_sensor.openclose_40.last_changed)|timestamp_custom('%H:%M - %d/%m') }}"

Pour simplifier on va créer des groupes de détecteurs (dans groups.yaml)

all_sensors: # GROUP ALL pour ALARME
  name: All Sensors
  entities:
    - binary_sensor.lumi_sensor_smoke    
    - binary_sensor.porte_entree
    - binary_sensor.porte_garage
    - binary_sensor.fenetre_cuisine
    - binary_sensor.fenetre_antoine
    - binary_sensor.motion_hall
    - binary_sensor.motion_garage
    - binary_sensor.motion_sejour
    - binary_sensor.motion_cuisine

Ce qui nous permettra de d'utiliser un seul trigger comme source de déclenchement :

- alias: Alarm
  description: ''
  trigger:
    - entity_id: group.all_sensors
      platform: state
      to: 'on'
  condition:
  - condition: state
    entity_id: alarm_control_panel.home_alarm
    state: armed_home
  action:
  - entity_id: alarm_control_panel.home_alarm
    service: alarm_control_panel.alarm_trigger
  - data_template:
      entity_id: input_text.trigger_source
      value: '{{ trigger.to_state.attributes.friendly_name }}'
    service: input_text.set_value
  - data_template:
      message: "{{now().strftime('%d/%m/%Y, %H:%M')}} > A L A R M  W A R N I N G  | Sensor : {% for state in states|selectattr('entity_id','in',state_attr('group.all_sensors','entity_id'))|selectattr('state','eq','on')|list -%}{{state.name+' '}}{%- endfor %}"
    service: notify.Free_Mobile

On notera le template de notification qui permet d'indiquer la source de déclenchement :

11/03/2020, 00:17 > A L A R M  W A R N I N G | Sensor : Fenêtre Cuisine

On peut également créer un binary_sensor: en s'appuyant sur un groupe de portes ou de fenêtres (faire des groupes à part) et ainsi afficher leur état, mais également s'en servir comme condition pour ne pas activer l'alarme si une fenêtre est ouverte, ou prévenir par un tts (message vocal) si la pluie est annoncée et qu'une fenêtre est ouverte...

- platform: template
  sensors:
    state_doors:
      friendly_name: "Etat des portes"
      device_class: door
      value_template: "{{ is_state('group.doors_status', 'on') }}"

Notifications

S'il est bien sur possible de'utiliser toutes sortes de notifications possible (sms, mail, telegram, etc..), j'ai personnellement choisit d’utiliser un canal de Slack dont je me sert par ailleurs . Il y a plusieurs façons de faire :

Slack

notify:
- name: Slack
  platform: slack
  api_key: xoxp-xxx-xxx-xxx......
  default_channel: '#hass_canaletto'

- name: slack_hass_canaletto # Alternative API
  platform: rest
  method: POST_JSON
  resource: https://hooks.slack.com/services/0/2/es...........
  verify_ssl: true
  message_param_name: 'text'

Free Mobile

Ici aussi, pas besoin du moindre plugin, c'est intégré :

  - name: Free_Mobile
    platform: free_mobile
    username: 12345678
    access_token: jlkjJLjlJLjlMkLhkh

Infos EDF Tempo et EJP

On pourra s'en servir pour faire quelques économies en baissant les consignes de températures les jours rouges. Pour obtenir les valeurs mise à jour, il suffit simplement (en vrai on a un peu galéré...) les sensor: correspondants :

# TEMPO
    - platform: command_line
      name: 'EdF : Tempo demain'
      command: curl -A "'Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; Win64; x64; rv:59.0) Gecko/20100101 Firefox/59.0' 'https://particulier.edf.fr/bin/edf_rc/servlets/ejptemponew?Date_a_remonter="{{now().strftime("%Y-%m-%d")}}"&TypeAlerte=TEMPO'"
      value_template: "{{ value_json['JourJ1'].Tempo }}"

    - platform: command_line
      name: 'EdF : Tempo'
      command: curl -A "'Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; Win64; x64; rv:59.0) Gecko/20100101 Firefox/59.0' 'https://particulier.edf.fr/bin/edf_rc/servlets/ejptemponew?Date_a_remonter="{{now().strftime("%Y-%m-%d")}}"&TypeAlerte=TEMPO'"
      value_template: "{{ value_json['JourJ'].Tempo }}"

    - platform: command_line
      name: 'EdF : EJP'
      command: curl -A "'Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; Win64; x64; rv:59.0) Gecko/20100101 Firefox/59.0' 'https://particulier.edf.fr/bin/edf_rc/servlets/ejptemponew?Date_a_remonter="{{now().strftime("%Y-%m-%d")}}"&TypeAlerte=EJP'"
      value_template: "{{ value_json.JourJ.EjpSud }}"

# EJP
    - platform: command_line
      name: 'EdF : EJP'
      command: curl -A "'Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; Win64; x64; rv:59.0) Gecko/20100101 Firefox/59.0' 'https://particulier.edf.fr/bin/edf_rc/servlets/ejptemponew?Date_a_remonter="{{now().strftime("%Y-%m-%d")}}"&TypeAlerte=EJP'"
      value_template: "{{ value_json.JourJ.EjpSud }}"

    - platform: command_line
      name: 'EdF : EJP Demain'
      command: curl -A "'Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; Win64; x64; rv:59.0) Gecko/20100101 Firefox/59.0' 'https://particulier.edf.fr/bin/edf_rc/servlets/ejptemponew?Date_a_remonter="{{now().strftime("%Y-%m-%d")}}"&TypeAlerte=EJP'"
      value_template: "{{ value_json.JourJ1.EjpSud }}"    

    - platform: rest
      name: 'EdF : EJP : Jours restants'
      resource: https://particulier.edf.fr/services/rest/referentiel/historicEJPStore?searchType=ejp
      value_template: '{{ 22 - value_json.SUD.TotalCurrentPeriod }}'
      headers:
        Accept: text/html,application/xhtml+xml,application/xml;q=0.9,image/webp,*/*;q=0.8
        Content-Type: application/json
        User-Agent: Wget/1.20.3 (linux-gnu)

Et si on veut fignoler l'affichage (promis bientôt en rouge cligotant)

binary_sensor:
  - platform: template
    sensors:
      ejp_on:
        friendly_name: "Edf : EJP"
        value_template: "{{ is_state('sensor.edf_ejp', 'SUD_EJP') }}"
        device_class: power   
        icon_template: >
          {% if is_state('binary_sensor.ejp_on','on') %} 
            mdi:alert
            red
          {% else %} 
            mdi:sleep
          {% endif %}
#        icon_color: >
#           if (state === 'on') return 'red';
#           return 'green';

  - platform: template
    sensors:
      ejp_on_demain:
        friendly_name: "EdF : EJP Demain"
        value_template: "{{ is_state('sensor.edf_ejp_demain', 'SUD_EJP') }}"
        device_class: power   
        icon_template: >
          {% if is_state('binary_sensor.ejp_on_demain','on') %} 
            mdi:alert
            red
          {% else %} 
            mdi:sleep
          {% endif %}

Ampoules Yeelight

https://www.home-assistant.io/integrations/yeelight/
https://www.w3.org/TR/css-color-3/#svg-color

Gestion des coupures électriques

Avant je gérait les coupures électriques avec des module ITS23. Mais comem j'ai viré tout ce qui était en 433 Mhz, ça ne va plus être possible. J'ai donc monté un plugin qui va lires les données des onduleurs et est capable de me dire si l'arrivée est down.

https://community.home-assistant.io/t/apcupsd-for-multiple-ups/98962/2

https://community.home-assistant.io/t/how-to-connect-your-apc-ups-to-rpi-and-home-assistant-using-apcupsd/10609/4

Sauvegarde

Il est de base possible de faire des snapshots complets ou partiels de la configuration. On peut améliorer en automatisant avec le plugin Auto Backup qui en outre notifiera si ça se passe mal. Ces sauvegardes étant stockées sur la machine HA ça ne me paraissait pas suffisant. J'ai finalement trouvé une solution de gestion des sauvegardes qui en conserve localement et en externalise une partie sur Google Drive, bien intégrée à HA et qui fonctionne parfaitement.

Alerte batteries faibles...

Avec tous ces capteurs qui fonctionnent sur piles il faut être prudent. Don va donc mettre en place des alertes si les piles sont trop faibles, le message pourra être reçu sur n'importe quel type de notifications, ici Slack :

On commence par créer une entité dans groups.yaml :

battery_levels:
  name: Battery Levels
  entities:
    - sensor.aqara_bouton_battery_level
    - sensor.aqara_inter_battery_level
    - sensor.motion_sensor_battery_level
    - sensor.ikea_tradfri_on_off_battery_level
    - sensor.ikea_tradfri_rc_battery_level
    - sensor.mi_antoine_battery_level
    - sensor.rpi_mi_batt_582d34104d6d
    - sensor.rpi_mi_batt_582d34103286
    - sensor.rpi_mi_batt_4c65a8d1db75
    - sensor.mi_bureau_battery_level
    - sensor.mi_congelateur_battery_level
    - sensor.mi_cuisine_battery_level
    - sensor.mi_garage_battery_level
    - sensor.mi_lionel_battery_level
    - sensor.mi_marie_battery_level
    - sensor.presence_41_battery_level
    - sensor.mi_refrigerateur_battery_level
    - sensor.mi_sejour_battery_level
    - sensor.openclose_40_battery_level
    - sensor.window_door_01_battery_level

Et ensuite une automation :

- alias: Notification- Alert That Batteries Are Low
  initial_state: 'on'
  trigger:
    - platform: time
      at: '19:50:00'
  condition:
    condition: or
    conditions:
      - condition: template
        value_template: >
          {% set min_battery_level = 10 -%}
          {% set ns = namespace(found=false) -%}
          {% for entity_id in states.group.battery_levels.attributes.entity_id -%}
            {% set parts = entity_id.split('.') -%}
            {% if (states(entity_id) | replace("%","") | int) < min_battery_level -%}
              {% set ns.found = true -%}
            {% endif -%}
          {% endfor -%}
          {{ ns.found }}
  action:
    - service: notify.slack_hass_canaletto
      data_template:
        message: >
          {%- set min_battery_level = 10 -%}
          {%- for entity_id in states.group.battery_levels.attributes.entity_id -%}
            {%- set parts = entity_id.split('.') -%}
            {%- if (states(entity_id) | replace("%","") | int) < min_battery_level -%}
              {{ states[parts[0]][parts[1]].name }} battery level is only {{ states(entity_id) }} % !{{ '\n' }}
            {%- endif -%}
          {%- endfor -%}

Utilisation des voyants de la ZiBase

La ZiBase n'est pas tout à fait morte... Certains sous Jeedom s'en servent comme d'une sorte de RFPlayer pour profiter de ses protocoles, c'est fastidieux et je n'ai jamais réussit à faire fonctionner le plugin idoine. Moi je me contente d'utiliser ses 5 leds comme un afficheur d'état en les définissant en switch: avec in curl (depuis j'ai constaté que ça passait mieux avec un wget) :

    zibase_led_1:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%202"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%203"
    zibase_led_2:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%205"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%206"
    zibase_led_3:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%208"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%209"
    zibase_led_4:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%2011"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%2012"
    zibase_led_5:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%2014"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%2015"

    zibase_led_1_flashing:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%204"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%203"
    zibase_led_2_flashing:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%207"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%206"
    zibase_led_3_flashing:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%2010"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%209"
    zibase_led_4_flashing:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%2013"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%2012"
    zibase_led_5_flashing:
      command_on: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%2016"
      command_off: curl "http://192.168.210.30/cgi-bin/domo.cgi?cmd=LM%2015"

Géolocalisation et présence

Inside et de base grâce à l'application mobile. Pour aller pus loin il sera bien sur possible de gérer des tags ou d'utiliser les API de Google afin d'obtenir la position des membres de la famille et interagir.

https://www.home-assistant.io/integrations/google_maps/

Une autre idée intéressante : 

https://www.home-assistant.io/integrations/owntracks/
https://www.juanmtech.com/owntracks-http-mode-and-home-assistant/

HassOS et mode développeur

S'il est possible de monter Home Assistant sur un Linux, il existe également une version qui intègre tout dans une image et qui sera bien plus facilement installable, que ce soit sur un RPI ou en VM. 

L'inconvénient est que l'on a pas facilement accès au shell avec l'add-on SSH de base. Mais qu'à delà ne tienne, il est possible de passer en mode développeur en ajoutant sa propre clé SSH et ainsi accéder à tout. Attention à ne pas tout casser, je ne suis pas développeur mais cela l'a été utile pour récupérer des informations, et par exemple connaitre l'adresse MAC de ma clé Bluetooth Sena (1 - 2 | 3)

# hciconfig
hci0:   Type: Primary  Bus: USB
        BD Address: 00:xx:xx:47:D6:C2  ACL MTU: 310:10  SCO MTU: 64:8
        UP RUNNING
        RX bytes:616 acl:0 sco:0 events:37 errors:0
        TX bytes:942 acl:0 sco:0 commands:36 errors:0
hci1:   Type: Primary  Bus: UART
        BD Address: B8:zz:zz:CE:AD:83  ACL MTU: 1021:8  SCO MTU: 64:1
        UP RUNNING
        RX bytes:85743 acl:2 sco:0 events:2054 errors:0

# hcitool dev
Devices:
        hci1    B8:xx:xx:CE:AD:83
        hci0    00:zz:zz:47:D6:C2

SSL

Je revient ici sur le SSL et les différentes méthodes possibles. Toute la question étant de savoir si on va faire du SSL de bout en bout, ou pas, car si on installe un certificat sur HA, celui ci ne répondra plus qu'en SSL.

  • DuckDns : C'est le plus simple. Ca prends 5 minutes. Inconvénient on n'utilise pas son propre domaine. Ce n'est pas très gênant car HA n'est pas un site public.
  • Let'Encrypt : Ça revient au même, sauf que c'est le plugin qui se charge du renouvellement des certificats. Le plugin est compatible Acme 2 en DNS API, Cloudflare et OVH OK, par contre l'API Gandi n'est pas implémentée pour l'instant.
  • Cloudflare : Il peut être tentant de profiter d'un certificat gratuit pour 15 ans. Mais il y a un hic, pour que ça fonctionne cela sous entend que les requêtes passent par leur reverse proxy. Concrètement toutes les requêtes locales transiteront chez eux, et comme on se sert beaucoup de HA en local cela peu provoquer un ralentissement (la route est plus longue avec cet aller/retour) qui peut poser problème pour ceux qui ont un faible débit. Sans parler du fait que vos données transitent par un tiers. Une solution peu consister à utiliser leur mode flexible ou l'on sera en SSL entre le client et le reverse de Cloudflare, le reste transitant en clair, mais dans ce cas on peut sécuriser en et restreindre l'IP externe de HA uniquement sur les IP Cloudflaire. A réfléchir, mais la solution Cloudflare me parait bancale pour cet usage.
  • OVH SSL Gateway : Inconvénients identiques à Cloudflare
  • Proxy Local : C'est une solution (Nginx, HA Proxy, Synology, etc...), dans ce cas c'est au niveau du proxy que se gère le certificat et HA reste en HTTP. Dans l'appli mobile n peut déclarer une adresse locale en fonction du SSID.

Je reviendrait plus tard sur cette problématique (1 | 2), mais pour l'instant DuckDNS me va très bien.

Et maintenant ?

La transition de Jeedom à Home Assistant prendra du temps, au mieux pour l'hiver prochain, le temps de tout tester. Mais ce qui est quasiment certain, après avoir longtemps hésité, c'est que l'affaire est actée. Et je ne suis pas le seul d'après ce que je lis sur les fils Telegram, Facebook ou même sur les forums officiels de Jeedom

EDIT : En fait pas si longtemps que ça, moins de 3 semaines de mon temps libre et de quelques nuits... C'est bien moins de temps que j'ai du passer sur Jeedom au début et surtout pendant ! Je ne regrette absolument pas d'avoir fait cette migration, et contrairement à Jeedom je prendrais surement la peine d'installer Home Assistant chez des proches car je sais que je peux quasiment tout faire et surtout maintenir aisément cette solution.

 

Sources

 

De la ZiBase à Jeedom, la suite 2019

Il y a un peu plus d'un an j'écrivais un article pour exprimer mes questionnements quant à l'évolution de la Zibase vers Jeedom. Jeedom n'est pas la panacée, mais c'est une boite à outils. Voici donc points par points en reprenant le fil de 2018 comment ça a évolué.

L'objectif est de rendre tout cela le plus WAF possible, de sortir de Jeedom ce qui ne sert à rien et de piloter de plus en plus d'équipements via Alexa tout en conservant un contrôle local hors cloud.

Se pose également la question du passage à la v4 de Jeedom, mais ça attendra une version bien finalisée, en tous les cas pas avant la fin de l'hiver !

Objectifs

Le chauffage électriques sur 6 zones avec divers scénarios.

  • Le plugin Thermostat est parfait
  • Les plugins Agenda, Présence et Mode permettent de gérer manuellement ou automatiquement en fonction de calendriers et des événements (j’ai des amis pour diner, périodes de vacances scolaires, etc…).
  • J'ai viré toutes les sondes Oregon peu esthétiques au profit de sondes Xiaomi / Aquara en Zigbee ou Bluetooth. Je n'en pouvais plus de devoir ré-appairer les sondes à chaque changement de piles.

Le chauffe-eau

  • Le mode nuit du chauffe-eau était géré par la ZiBase, il est maintenant géré par un agenda une nuit sur deux pendant les heures creuses. J'ai abandonné l'idée d'y intégrer une sonde.

La VMC

  • Je ne la gérais pas mais il doit être simple de la gérer via Jeedom à partir de l’hygrométrie de la salle de bain ou de la cuisine (article). C'est chose faite en fonction de l'hygrométrie ambiante dans la salle de bains.

Simulation de présence

  • Pour l’instant, j’ai choisi de ne pas intégrer cette fonction à Jeedom mais de la gérer en autonome avec des prises WiFi et l’application Tuya. Jeedom dispose maintenant d'un plugin qui fait le job.

Confort et éclairage

  • Idem, c’est facilement géré en autonome avec des ampoules ou des prises WiFi et l’application Tuya, la commande se faisant depuis un smartphone, une tablette ou mieux en vocal avec Google Home (Alexa possible, j’aime bien sa voix…). Bref, c’est plus naturel. Pas de design ou de tablette, on ne contrôle pas une centrale nucléaire et je pars du principe que la domotique doit se faire oublier. Uniquement Alexa en vocal ou via son interface qui constitue une alternative à la désastreuse application mobile proposée par Jeedom.
  • Donc il n’est pas utile pour l’instant de reporter ça dans Jeedom, sauf si on veut que certains équipements soient actifs quand les habitants sont présents. J’ai bon espoir de voir l’arrivée du plugin idoine. Ça reste possible en IFTTT, mais c’est un peu lent (2 sec environ)
  • Jeedom dispose maintenant du plugin SmartLife / Tuya pour les prises et ampoules, d'autres ampoules Xiaomi / Yellight sont également gérées, ainsi que les modules Shelly. J'aime bien ces modules car ils permettent de conserver l’appareillage original (interrupteur) et d’ajouter une entrée domotique, pilotable via Jeedom grâce à un plugin et sur Alexa. Il ne faut pas que la domotique supprime les fonctionnalités de base de la maison, n'importe doit pouvoir continuer à allumer un luminaire !

Consommation des appareils énergivores

  • Les prises Konyks via Tuya gèrent la consommation, notamment en veille, et parfois ça fait peur. De plus elles permettent de gérer des scénarios de base et un minuteur (genre, j’allume le home cinéma et celui-ci s’éteindra dans deux heures, soit après que j’ai regardé mon film). Tout cela est finalement un peu gadget, la domotique apporte du confort, pas des économies !
  • Comme pour l’éclairage, on n’encombre pas Jeedom pour l’instant avec ça.

Les coupures EDF

Pourquoi en utiliser plusieurs points de détection ? En province il y a souvent des coupures EdF (vent, orages, vétusté) mais aussi parfois des différentiels de section qui tombent (surement d’humidité quelque part). Et dans ce cas il est important de savoir ce qui s’est passé à distance afin de pouvoir faire intervenir et guider un proche afin de ne pas retrouver un congélateur perdu au retour de voyage.

  • Sur la ZiBase j’utilisais des micro-modules InterTechno alimentés sur piles pour déclencher une action en cas de coupure EdF. Ça doit être réutilisable sous Jeedom via le RFPlayer. C'est fait, même si le RFPlayer et sont plugin sont la partie la plus désastreuse de l'installation !
  • Pour la partie informatique je devrais pouvoir récupérer les infos des onduleurs APC avec le plugin SNMP.
  • Notification SMS / Pushbullet et / ou action voire IFTTT. J'ai basculé toutes notifications vers Slack.

Alarmes

  • Le système d’alarme Visonic est autonome. C’est un principe minimal de sécurité.
  • Par contre la remonté des capteurs sur Jeedom peut être intéressante afin d’identifier ce qui a déclenché une alarme à distance, voire déclencher une action secondaire en cas d’intrusion. Contrairement à la Zibase les RFPlayer dont il est issu remonte très mal les infos Visonic, enfin, c'est plutôt le plugin qui ne fait pas le job, mais visiblement a décidé de le laisser à l'abandon, et comme Ziblue est en liquidation ça laisse peu de perspectives...
  • Plus pratique, se servir des contacts d’ouverture pour désactiver un radiateur ou des capteurs de présence en temporisant pour réduire l’éclairage ou la climatisation (gadget en phase 2…). Ce seront plutôt des capteurs d'ouverture en Xiaomi en Zibgee qui feront un jour ce travail...

Présence

  • Déterminer via la localisation du mobile la mise en route du chauffage ou climatisation. Il y a je crois un plugin pour ça… Rien de stable, donc rien place...
  • Gérer l’éclairage extérieur à l’approche de la maison via le WiFi. J'ai fait quelques test en BLEA avec un porte clés Tile, ça fonctionne.

Les logiciels

  • Jeedom
  • Application mobile Jeedom (je ne suis pas fan). Définitivement oublié. Il vaut mieux je pense utiliser l'interface web en mode mobile....
  • Application mobile ImpériHome (je m'en servait déja sur la ZiBase) via le plugin idoine dans Jeedom. Le plugin est abandonné mais je m'en sert encore, il faudra un jour trouver une alternative.
  • Application mobile TuyaSmart, complétée par Xiaomi et Shelly pour les setups, mais surtout par Alexa.

Le matériel

Serveur, box domotique

Jeedom est installé sur un Raspberry Pi3 et les dongles USB utiles. Evolution possible dans une VM VMWare ESXi. Toujours sur un RPI afin que la domotique reste indépendant de tout le reste. C'est aussi plus simple pour gérer les clés des protocoles.

Avant que l’on me pose la question je vais expliquer pourquoi  je n’ai pas utilisé de Z-Wave, qui est pourtant le protocole roi dans cet univers, protocole ayant eu le soutien de tous les boutiquiers de la domotique (maintenant remplacés par Amazon…). Bref, je n’en ai jamais utilisé sur la ZiBase et j’ai pu m’en passer. Et surtout c’est trop cher, le moindre module Z-Wave étant affiché à 50 €.

Sondes de température :

  • Oregon : j’en ai plusieurs, elles étaient reconnues par le ZiBase et elles fonctionnent correctement via la clé RFPlayer (125 €) et le plugin idoine. Inconvénient, elles sont moches et il faut refaire l’appairage à chaque changement de piles ce qui est une corvée à l’usage. Vendues et replacées par des Xiaomi / Aquara.
  • Xianomi et Xiaomi Aquara en Zigbee (6/12 €) : Fonctionnement OK via la clé ZiGate (45 €) et le plugin idoine. En cas de longue distance on peut mailler avec une prise Zigbee. Ces sondes esthétiques et très discrètes ne transmettent les infos (température, humidité, pression) que s’il y a un changement d’état et / ou très aléatoirement s’il n’y a pas de changement. Le modèle carré (Aquara) semble plus volubile. A valider en période de chauffage. J'ai abandonné la clé ZiGate dont les évolutions rendaient l'installation instable au profit d'une Combee II installée sur un second RPI qui fait office de passerelle Zigbee universelle (Phoscon / Deconz). C'est stable.
  • Xiaomi en Bluethoth 12/18 € : reconue par le plugin BLEA. Intervalle réglable. Elles sont très esthétiques. La portée est réduite avec le Bluetooth intégré au Pi mais ça devient correct (100 m²) avec une clé Bluetooth longue portée (UD100, 45 €). Test ici. Je m'en sert là ou j'ai besoin d'une sonde avec afficheur, elles sont hélas un peu généreuses, +1°...

Présence

  • Capteurs d’alarme Visonic via le RFPlayer toujours en chantier...
  • Capteurs Xianomi via la ZiGate Replacé par Combee II
  • BLEA + tag Nutt Tag Tile
  • WiFI via les smartphones : Pas vraiment exploitable car les smartphones mettent de plus en plus le WIFI en veille. Il faudrait le faire en Bluetooth, je crois qu'un plugin est en préparation.

Notifications

  • SMS (Free API)
  • Pushbullet Remplacé par Slack que j'utilise au quotidien.

Alarmes et sécurité

  • (voir présence)

Eclairages et appareils

  • Prise et ampoules Konyks ou Sonoff, WiFi via TuyaLes prises Sonoff S26 permettent de gérer l'état à la mise sous tension, ce n'est pas le cas des prises Konyks ou c'est plus aléatoire. J'ai disqualifié Konyks (cher pour ce que c'est), Sonoff (pas CE/NF) au profit de Shelly.
  • Possible extension en Philips Hue, Osram, Ikea and co (Zigbee) via la ZiGate et son plugin Les ampoules Xiaomi SmartBulb en WIFI sont très bien.

Actionneurs

  • IPX800 : pour l’instant j’ai une IPX800 v2.
    C’est une simple carte 8 relais qui me sert pour l’instant à actionner les radiateurs et le chauffe-eau. En sortie j’ai câblé des contacteurs de puissance Finder avec le bon pouvoir de coupure et de ne pas forcer sur les relais de la carte. L’intérêt de ces contacteurs est de disposer d’un bypass manuel et ainsi de pouvoir passer les équipements en manuel en cas de défaillance de la domotique. Les versions 3 et 4 de l’IPX800 n’ont pas d’intérêt dans mon cas.
  • Prises et modules Chacon : ils se pilotent via le RFPLayer, mais ça reste un protocole peu fiable.
    Etat aléatoire lors de la remise en tension après une coupure EdF, auquel cas il est gênant de retrouver la moitié des prises ON… Impossibilité également d’utiliser deux équipements proches, c’est by design. Donc mon aventure Chacon / DI-O est terminée. J'élimine Chacon / DI-O au profit de prises Tuya et des modules Shelly avec retour d'état.
  • X2D : Je n’utilisais qu’un seul module DeltaDore pour commander le sèche-serviettes et je dois pouvoir le gérer avec le RFPlayer. Il est toujours présent, mais il passera à la trappe bientôt...
    Cette solution permet de gérer le fil pilote, mais il est vrai que je pourrais le faire avec un jeu de diodes. A voir.
  • Prises et ampoules Zigbee : via la ZiGate et son plugin. J’ai une Osram qui me fait le maillage. Remplacé par Combee II
  • Prise et ampoules WiFi : via Tuya, plugin en devenir ? Pas d’urgence. Plugin OK

Réseau et Wi-Fi

  • Le réseau et le WiFi sont gérés depuis longtemps avec du matériel Unifi (AP AC Pro et USG). Le top ! Au-delà de cette solution qui reste un peu complexe pour un particulier je recommande Amplfi de chez Unifi ou la solution WiFi proposée par Google. Un bon réseau est une base impérative en domotique et généralement le WiFi proposé par les box est à oublier. On attends la Dream Machine Pro...

Vidéo surveillance

  • Caméras et PVR Unifi (je sais, je suis fan de cette marque) dans une VM VMWare. C’est géré à part de façon autonome. J'ai remplacé le NVR soft par Unifi Protect sur une Cloud Key II, c'ets le jour et la nuit....

Multimédia

Vidéo

  • Emby (j’y reviendrai dans un post à part) en remplacement de Kodi. Des box NVidia Shield et Xaomi Mi Box 3S sous Android TV ont remplacé les PI. Elles supportent également Netflix et Amazon Vidéo.
  • TV : Tuner réseau HDHome Run qui permet de recevoir les chaînes sur les box Android TV et les autres devices (même si dans la pratique je ne regarde pas la TV). Ce n’est pas compatible Canal, ce n’est pas mon problème car je ne suis pas fan, mais le cas échéant il est toujours possible d’installer MyCanal ou Molotow sur les box.

Musique

  • Sonos dans toutes les pièces, certains équipements datent de 2005 et n’ont pas pris une ride. On ne change rien. Spotify et base locale de CD numérisés. Je me suis fait plaisir avec un Sonos AMP auquel j'ai ajouté des voies arrière avec deux petites enceintes Ikea by Sonos, au départ c'était pour la musique mais le rendu en home cinéma est fabuleux !

 

Passerelle Combee II

À la suite de mes mésaventures avec la clé ZiGate, j’ai commandé une clé Combee II.

Etant sous Jeedom j’avais découvert la naissance d’un plugin officiel qui lui est dédié (6 € tout de même, mais en principe les plugins officiels sont mieux maintenus dans la durée que les plugins tiers, encore que parfois Jeedom décide arbitrairement de les abandonner aussi). A première vue j’ai failli suivre bêtement la recommandation du plugin qui consiste à installer la gateway deCONZ / Phoston sur le RPI Jeedom. Puis je me suis ravisé, sans avoir à ce moment-là totalement appréhendé l’affaire, je me suis dit qu’il ne fallait pas tout lier à Jeedom. En fait installer la passerelle à part la rend indépendante puisque de toutes façons le plugin Jeedom n’est qu’un client IP de cette passerelle qu’il interroge localement (127.0.0.1) si elle est installée sur la même machine et via son IP dans le cas contraire. D’une part ça permet de la placer au centre de la maison, et également de la contrôler directement avec d’autres applications en se passant de Jeedom (Alexa par exemple), sachant que Jeedom recevra de toutes façons les retours d’état. Et pour faciliter la chose, plusieurs images SD pour RPI sont proposées sur le site Phoscon (attention de base le client DHCP de ces images ne prend pas la GW, de toutes façons vaut mieux figer l’IP, donc éditer la configuration).

Voilà déjà une chose impossible avec l’approche ZiGate. Ensuite à mon sens il faut oublier l’approche tout Jeedom. Ce qui compte c’est que Jeedom connaisse l’état d’un équipement. En effet, prenons l’exemple d’un interrupteur Ikea qui va allumer une ampoule Philipps. On configure la chose depuis Phoscon de façon très simple, ça fonctionne sans Jeedom mais ça n’empêche pas Jeedom d’agir, par exemple dans le cadre d’un scénario plus évolué. L’idée est que ce qui pourra être géré dans Phoscon déchargera Jeedom. La passerelle Phoscon remplace simplement toutes les passerelles propriétaires (Ikea, Hue, etc..), et Jeedom (ou d’autres solutions domotique) viens s’y connecter en IP via une API.

Un autre avantage est que Phoscon se connecte directement et facilement (et gratuitement) avec Alexa / Google Home, ce qui n’est pas le cas de Jeedom qui nécessite un plugin et un abonnement obligatoire (12 € / an, même après avoir acheté un Service Pack Power Ultimate, moi qui pensait que ça incluait tous les plugins officiels). Et je ne parle même pas des connexions avec IFTTT, qui, si elles permettent pas mal d’interopérabilité, n’en sont pas moins compliquées à maintenir. Donc pour demander à Alexa d’allumer la lumière de la cuisine, autant limiter les intermédiaires, Alexa communiquera avec Phoscon / deCONZ plutôt qu’Alexa (en supposant qu’on ai ajouté Alexa à Jeedom) demande à Jeedom qui lui va demander à Phoscon / deCONZ d’allumer la cuisine…

Mobile

Phoscon ne dispose pas d’application mobile, mais la page est responsive et parfaitement utilisable sur un mobile ou une tablette. Cela étant c’est sans intérêt à l’usage si on lie Phoscon à Alexa ou Google Home car l’application mobile des assistant vocaux sera bien plus ergonomique. Je me disais d’ailleurs que lier Jeedom à Alexa présenterait au moins l’intérêt de disposer d’une interface mobile utilisable, en opposition à celle de Jeedom qui est une calamité. En attendant j’utilise Impérihome qui fonctionnait bien avec Jeedom, mais le plugin vient d’être retiré du Market Jeedom au profit d’une approche Impérihome sans plugin qui ne fonctionne pas. Je n’ai pas l’impression que Jeedom et Impérihome (ex ZiBase / ZiBlue & co.) soient très copains…

Intégration Jeedom

Pour revenir à Phoscon, tout ne semble pas géré dans la passerelle, si on peut créer des scènes et des associations, il y a d’autres équipements, les sondes de température par exemple ou d’ouverture de porte que l’on ne peut pas utiliser directement, mais généralement on n’en a besoin que dans Jeedom.

Le plugin remonte des valeurs propres à chaque équipement, on n’aura pas les classiques infos binaires ou numériques (on/off ouvert/fermé) mais un code numérique propre à chaque équipement. Par exemple une télécommande Ikea va envoyer 1002 si on appuie au centre, il n’y a plus ensuite qu’à traiter directement l’information (scénario, virtuel, etc…) pour créer une action dans Jeedom. En revanche les sondes (températures, humidité, pression) remontent bien les valeurs et sont exploitables directement.

Attention cependant aux capteurs, les Xiaomi, par exemple, ne supportent pas de perdre leurs parents, donc si vous changez de canal Zigbee ou si le maillage passe par une prise Zigbee que vous retirez, il vaudra mieux les réinclure (le maillage peut se voir sur l’application graphique deCONZ). De même il ne faut pas oublier qu'un objet Zigbee ne peut être inclut que une sur passerelle. Ainsi si vous incluez un objet avec Foscon alors qu'il est déjà inclut dans la passerelle Xiaomi, cet objet sortira du réseau géré par la passerelle Xiaomi afin de rejoindre celui géré par la passerelle Foscon.

Conclusion

Au départ j’hésitais à remplacer ma douzaine de sondes Oregon gérés par le RFPlayer (les sondes Oregon perdent leur identifiant lors de chaque changement de piles, il faut donc les appairer à nouveau, ça reste fastidieux (et pas très WAF) même si c'est prévu par le plugin. Et je passe sur toutes les déconvenues liées au RFPlayer que je ne recommande vraiment pas), par des sondes Xiaomi gérées par la ZiGate, mais comme la solution Combee II + plugin deCONZ fonctionne plutôt bien, je pense me tourner de ce côté rapidement. Je mettrait bien sur à jour cette page pour vous narrer mon expérience…

La Combee II + Phoscon sur un RPI (SD ready) peuvent servir de passerelle universelle Zigbee compatible avec les assistant vocaux et ainsi remplacer les passerelles des constructeurs (Ikea, Hue, etc...). Phoscon comme Jeedom avec le plugin DeCONZ s'appuient sur la couche deCONZ. 

Edits

  • 01/11/2019 : J'ai voulut déplacer la carte SD (Image Photon) de ma passerelle dans un RPI2 au lieu du 3 et ça ne démarre pas. Retour au RPI3, pas envie d'y passer la soirée...

Bonus

Certains me demandent pourquoi j’utilise des RPI alors que j’ai un gros serveur VMWare ESXi dans le garage, ce qui faciliterait la manipulation des VM et leur sauvegarde. Simplement parce que je considère que la domotique gère des fonctions vitales de la vie courante (chauffage par exemple) et qu’elle ne doit dépendre de rien d’autre. Imaginez, le serveur se plante, il faut réparer le serveur sans chauffage… De plus les clés utilisées pour les divers protocoles ne seraient pas idéalement placées au fond du garage

Sources

 

Mi Home Security Camera 360°

Il y a quelques semaines j’ai installé dans le studio d’un ami un ensemble de caméras Unifi. Au départ j’étais tenté par piloter l’ensemble avec une Cloud Key II+ ou pour 200 € on dispose d’un contrôleur Unifi et d’un NVR avec 1TO de disque. Problème, ce produit n’est pas vraiment disponible en France et je n’avais aucun recul sur la chose. Finalement j’ai recyclé un DL360G5 que j’avais déposé il y a quelques mois, même pas eu besoin de le réinstaller car son ESX 5.5U3 tournait comme une horloge, très largement suffisant pour faire tourner une VM Windows qui supporte le NVR soft d’Unifi. On est face à une installation professionnelle, la qualité est au rendez-vous, notamment le retour audio qui est assez bluffant, et l’ensemble est cohérent pour un coût contenu.

Bref, si je vous raconte ma life c’est pour introduire un petit jouet que j’avais commandé en parallèle pour tester, la Mi Home Security Camera 360°. En fait je ne pensais même pas que c’était une caméra motorisée, mais c’est le cas et la qualité Xiaomi est au rendez-vous. Et Xiaomi, je suis plutôt fan. Elle pivote donc de haut en bas, du sol au plafond et sur 360°, c’est du full HD 1080p avec un zoom numérique 16x acceptable et une vision nocturne donnée pour 9 mètres. Elle dispose d’une détection de mouvement dopée à l’IA et il est possible d’enregistrer les séquences en local sur une SD ou encore sur un NAS.

Que dire d’autre sur ce gadget ? Ah si, il y a un truc qui est bluffant et que d’aucuns trouveront restreignant. Ici pas de serveur web embarqué chip comme sur la plupart des caméras asiatiques, tout se passe uniquement via l’application Mi Home sous Android ou IOS. Et ce qui est bluffant c’est que l’installation se fait en deux minutes chrono. On lance l’application Mi Home, on choisit le SSID de son réseau Wi-Fi ainsi que le mot de passe et on place son smartphone sur lequel s’affiche un QR Code face à la caméra. Et basta, la petite caméra est configurée. Pas besoin de jouer avec des ports et des IP, c’est out of the box, mais il faudra cependant il faudra toujours passer par l’application du constructeur.

Ah si un dernier truc pour se laisser tenter, le prix c’est 39,99 € et sur Amazon on trouve même des modèles de démo reconditionnées pour moins cher. Autre option, l’Asie en direct chez Gearbest ou AliExpress, mais c’est à peine moins cher et bien plus long…

Jeedom : Temporisation d'un équipement

Vous allez tout savoir. Je ne prends jamais ma douche à la même heure, il est donc impossible de programmer le chauffage de la salle de bain avec un agenda. Mais en général j’anticipe un peu ma douche, je me dis me dis que je vais bientôt aller la prendre car je ne vais pas tarder à sortir. Bref, l’objectif est donc de passer un sèche serviettes en marche forcée, ou en mode confort, pendant une ou deux heures. Certains vont me dire de bouger mon cul et d’aller appuyer sur le bouton idoine du sèche serviettes, et ils auront raison car la majorité de ces appareils en sont équipés, et c’est le cas du mien. Mais l’idée ici est que la démonstration soit générique et s’applique à n’importe quel équipement.

S’il est possible d’utiliser un smartphone ou n’importe quel bouton poussoir reconnu dans Jeedom, pour la démonstration je vais utiliser un gadget que j’ai sous la main, le bouton multiclic de Aquara de Xiaomi qui communique avec Jeedom grâce à la ZiGate et le plugin qui va bien (je dis « qui va bien » pour ne pas réemployer le mot « idoine » car ça ferait deux fois, mais en fait ce plugin ne va pas toujours bien, il s’améliore toutefois de versions en version).

Sur ce bouton on peut récupérer 3 valeurs : 2, 3 ou 4 clics. Pourquoi pas 1 seul ou 5, ne me demandez pas, c’est ainsi ! Donc grâce à un virtuel, je vais récupérer ces 3 états et en faire des informations binaires

Ensuite je vais créer un scénario qui sera provoqué par un évènement sur un de ces 3 états. Si Multiclics=2 je déclenche mon scénario. Il est des plus simples, avec une ACTION qui passe le thermostat de la salle de bain en mode Confort suivi d’un bloc DANS qui le repassera en mode Eco dans 120 minutes. Le bloc DANS étant une commande secondaire qui va s’exécuter dans 120 minutes contrairement à sleep ou wait qui laisserait le scénario actif pendant 120 minutes ce qui consommerait de la CPU à ce que j’ai compris, voire provoquerait une erreur.

Variantes

On peut également associer à cette action la grande vitesse de la VMC, je ne l’ai pas fait car elle est déjà gérée par l’hygrométrie. Par contre je pensais à utiliser les 3 valeurs des clics pour lancer 3 temporisations différentes.

 

Lampe Xiaomi Mijia

On sort un peu de l’IT pour du beau. Ceux qui me connaissent savent que je suis sensible à ce qui est beau, d’ailleurs cet aspect-là y est sûrement pour quelque chose dans mon choix Unifi… Mais revenons au beau d’aujourd’hui. J’ai donc acheté cette lame parce que je la trouvais belle sans pour autant me préoccuper du fait qu’il s’agissait également d’un objet connecté. Elle est conforme à ce que j’attendais, le reste est un plus.

De base il y a un seul bouton qui permet de gérer l’intensité et le ON/OFF. Si on veut aller plus loin il faut installer l’application Yeelight sur son smartphone et on a accès aux différentes programmations horaires possibles, un mode qui vous avertit qu’il est temps de faire une pause, ainsi que le réglage des températures de blanc et une tripotée de préréglages que l’on pourra personnaliser. Il faut donc un compte MI, et c’est également ce compte qui fera la liaison avec les assistants vocaux.

La lampe est donc reconnue par Alexa qui rend possible la commande vocale de tous les réglages (ON/OFF, variation et température de blancs), chose possible également avec Google Home qui fait toutefois l’impasse sur la température de blancs. Rien à dire, que ce soit avec l’application de base ou les assistants vocaux, on branche et tout fonctionne en quelques minutes et ça donne envie d'investir dans des ampoules de la même marque.

Sous Jeedom, si tant est que ça soit vraiment utile, il est possible en activant le mode développeur de gérer la lampe directement avec le plugin WiFILight2. Vu que c’est du direct IP ça risque toutefois de renter en conflit avec l’application de base et les assistants vocaux qui eux fonctionnent de consort. Il doit également être possible de la gérer plus proprement avec la passerelle Mi Home, mais je n’avais pas envie ce soir de parler chinois !

En conclusion pour une cinquantaine d’euros (voire moins sur les sites chinois) on a une belle lampe qui éclaire bien, avec un design que je trouve très réussit. Soit le prix moyen d’une telle lampe sur le marché. Le fait que ce soit aussi un objet connecté est la cerise sur le gâteau, libre à chacun d’utiliser ces fonctionnalités !

Objets connectés

Depuis longtemps il existait des prises commandées, les plus connues étant les DI-O. Elles se commandent grâce à une télécommande et sont généralement intégrables dans une solution domotique via le protocole Chacon, dont la fiabilité est parfois aléatoire, à l’aide d’un RFPlayer ou d’un RFX-COM. Il y avait également les équipements Z-Wave, mais leur prix a fait que ce protocole est un peu délaissé par l’industrie. Quant à Bluetooth sa portée limitée le restreint à des usages tout aussi limités.

A l’ère des objets connectés on voit apparaître une nouvelle génération de prises et autres objets connectés. Il se dégage deux tendances qui utilisent deux protocoles bien différents qui ont tous les deux leurs avantages et inconvénients, ZigBee et WI-FI.

Zigbee

Il s’agit d’un protocole maillé ou, pour faire simple, les objets connectés au secteur servent de relais. Par exemple une prise sera un relais sur lequel pourra s’appuyer un capteur de température et ainsi mailler une plus grande surface. Pour communiquer avec l’extérieur (applications mobiles par exemple), Zigbee nécessite une passerelle qui se connecte en Ethernet sur le réseau local. Il est intéressant de noter qu’une passerelle de marque X pourra supporter des objets de marque Y.

Coté domotique pour communiquer avec Zigbee il faudra une clé de type ZiGate et le plugin idoine. Il en existe deux sous Jeedom par exemple et c’est intéressant pour les capteurs de température ou d’ouverture.

C’est ce protocole qui est utilisé par les objets connectés des grandes marques, la plus connue est Philips avec son écosystème Hue, mais également Osram, Ikea et Xiaomi. On trouve également sur Amazon ou eBay plusieurs chinoiseries à un tarif attractif mais avec les risques que cela suppose.

WI-FI

L’avantage du WI-FI c’est qu’il est présent partout. Ainsi les objets connectés WI-FI ne nécessitent pas de passerelle particulière pour peu que l’on dispose d’une couverture WI-FI stable. Amazon regorge de de prises, ampoules et autres objets connectés en WI-FI. Un écosystème se dégage autour de Tuya qui permet aux fabricants de proposer des objets OEM sous leur marque tout en utilisant le cloud de Tuya. On se retrouve donc face à des objets qui dépendent d’un cloud, et qui plus est d’un cloud chinois qui pourra en effrayer certains. Ils se pilotent garce à une application mobile fournie par le fabricant qui est généralement une version adaptée de l’application Tuya, donc autant prendre l’originale qui sera à jour et permettra de piloter tous les objets de l’écosystème.

Coté intégration domotique plusieurs options se présentent et des développements sont en cours.

  • L’API Tuya qui permet un usage parallèle mais dépendante du cloud Tuya.
  • IFTTT qui fonctionne sur quasiment toute les solutions avec la double dépendance IFTTT + Tuya et une certaine lenteur.
  • Enfin, certains développeurs travaillent sur des solutions autonomes basées sur du reverse engineering non dépendantes.

Il existe d’autres écosystèmes plus ou moins répandus sous nos contrées et généralement chinois. Le plus connu est Sonoff que l’on trouve sur Amazon et qui propose des produits intéressants et généralement hackables pour un pilotage autonome depuis une solution domotique. Contrairement aux autres les produits Sonoff gèrent généralement l’état (on, off ou état antérieur) après une coupure électrique ce qui est un vrai plus.

Certains objets, les prises Konyks Priska (avec un vrai label CE) par exemple, permettent également de remonter des statistiques sur la consommation. Ainsi quand on s’aperçoit que l’ensemble HI-FI / Home Cinéma consomme 35 watts en veille, la décision de connecter l’ensemble à une multiprise WI-FI est rapidement prise ! Mais une autre attention se portera également à la consommation propre à ces objets WI-FI. Si certains sont raisonnables, ce n’est pas toujours le cas pour certaines chinoiseries et cette information est généralement absente des descriptions.

Plusieurs options de scénarios

En Zigbee comme en WI-FI les applications mobiles sont à même de créer des scénarios simples (exemple j’allume la tv et l’ampli et j’éteins les lampes pour voir un film) et une automatisation des objets (genre allumage répétitif tous les jours à telle heure ou compte à rebours ou l’objet va s’éteindre au bout de x minutes).

Difficile de parler d’objets connectés sans Alexa ou Google Home. La seconde option consistera donc à utiliser son enceinte intelligente préférée, qui servira enfin à quelque chose, pour gérer des petits scénarios. On peut ainsi facilement dire « je vais regarder un film », ce qui activera le home-cinéma et éteindra certaines lampes, puis à la fin du film dire « je vais me coucher » afin d’éteindre le home-cinéma, les lampes de la zone vie, baisser le chauffage et allumer la chambre… Ce n’est pas de la science-fiction, c’est amusant et très facile à mettre en place.

Enfin pour des scénarios plus évolués, mais aussi pour agir sur l’ensemble des équipements (chauffage, sécurité) on pourra toujours se tourner vers une centrale domotique avec des possibilités infinies. Mais là c’est vraiment plus complexe à mettre en œuvre et ça rentrera dans un projet plus qu’un achat impulsif.

Il y a fort à parier que la domotique grand public évoluera avec les objets connectés associés aux écosystèmes des constructeurs et des enceintes connectés. Pour être utilisable et commercialisable à grande échelle la domotique doit être WAF (en 2018 on ne dit plus WAF mais HAF, comme "human acceptance factor"), donc simple. On exclut donc une usine domotique pour piloter deux prises et quatre ampoules. Donc même si on dispose d’une solution domotique, on peut très bien imaginer que certains objets gravitent autour sans pour autant êtres interdépendants.

Maintenant ou demain ?

Pour gérer quelques ampoules et prises en Zigbee ou en WI-FI c’est maintenant si on en a besoin. L’investissement est limité et les produits des grandes marques s’adapteront généralement aux évolutions à moyen court terme.

Pour se lancer dans un projet domotique global je serais plus mesuré. Cela fait 20 ans que l’on parle de domotique sans qu’il se dégage une vraie direction industrielle.

Personnellement j’utilise depuis 10 ans une ZiBase que je vais faire évoluer sous Jeedom pour la simple raison que je ne trouve sur le marché aucun système de thermostat connecté capable de gérer 6 zones de chauffage électrique. Pourquoi ? Parce que le chauffage électrique est une exception française imposée par l’énergie nucléaire et le mirage de l’électricité à bas coût. Le résultat est que l’industrie mondiale ne s’y intéresse pas et que les rares solutions se basent sur la gestion du fil pilote dont les maisons des années 70/80 ne sont pas équipées. Sans ça pas sûr que je persiste dans Jeedom !

Ou acheter ?

Depuis son fauteuil sur Amazon bien sûr, et en surveillant les promos qui sont courantes sur ces produits. La grande distribution spécialisée (FNAC, Castorama, Leroy Merlin ou Boulanger pour ne citer qu’eux, privilégie généralement Zigbee plus simple à vendre sous blister. On trouve également ces produits chez les boutiquiers de la domotique, mais eux ajoutent des frais de ports que l’on évitera chez Amazon Prime. Pour les produits « no name » Amazon permet un retour sans condition pour les produits expédiés par leurs soins. Une bonne solution pour tester la compatibilité et la consommation.

Voilà le résultat de mes cogitations et recherches. C'est par essence incomplet, je reste donc ouvert aux sujétions et nouvelles infos et idées.

De la ZiBase à Jeedom

L'hiver approche et il est temps de se pencher à nouveau sur la gestion du chauffage. Depuis une dizaine d'année je gère mon chauffage électrique avec une centrale domotique ZiBase de première génération. Chaque année j'ai peur qu'elle rende l’âme, ce produit n'est plus maintenu et de plus elle est dépendante d'un serveur que les repreneurs de Zodianet ont eu la générosité de laisser en l'état, je doute toutefois qu'ils soient prêts à faire quelque chose si ces serveurs venaient à lâcher.

Je cherchais donc une solution de remplacement moderne et autonome, tout au moins autonome pour les parties vitales comme le chauffage. Après avoir longtemps exploré le marché, je me suis tourné vers Jeedom, pas tant par choix, mais plus par la possibilité d'installer cette solution sur un Raspberry et commencer à explorer. Ce n'est pas la solution la plus simple, mais c'est surement une des plus complète et ouvertes. Il n'y a pas que de bons cotés, l'un des plus désagréables étant la guerre de clans que l'on peu observer sur les communautés. Mais vu le temps que j'y ai investi, j'y suis et j'y reste pour un moment !

Je vais essayer ici de décrire mon approche, la transition depuis la ZiBase et ce que j'ai pu ou voulut récupérer.

Objectifs

Le chauffage électriques sur 6 zones avec divers scénarios.

  • Le plugin Thermostat est parfait
  • Les plugins Agenda, Présence et Mode permettent de gérer manuellement ou automatiquement en fonction de calendriers et d’évènements (j’ai des amis pour diner, périodes de vacances scolaires, etc…).
  • Le plus compliqué sera de choisir les sondes de température (et hygrométrie) les plus adaptées et les plus WAF.

Le chauffe-eau

  • Le mode nuit du chauffe-eau était géré par la ZiBase, il le sera avec le plugin idoine sous Jeedom. Reste à résoudre la problématique de la sonde à installer sur l’appareil.

La VMC

  • Je ne la gérais pas mais il doit être simple de la gérer via Jeedom à partir de l’hygrométrie de la salle de bain ou de la cuisine (article)

Simulation de présence

  • Pour l’instant, j’ai choisi de ne pas intégrer cette fonction à Jeedom mais de la gérer en autonome avec des prises WiFi et l’application Tuya.

Confort et éclairage

  • Idem, c’est facilement géré en autonome avec des ampoules ou des prises WiFi et l’application Tuya, la commande se faisant depuis un smartphone, une tablette ou mieux en vocal avec Google Home (Alexa possible, j’aime bien sa voix…). Bref, c’est plus naturel.
  • Donc il n’est pas utile pour l’instant de reporter ça dans Jeedom, sauf si on veut que certains équipements soient actifs quand les habitants sont présents. J’ai bon espoir de voir l’arrivée du plugin idoine. Ça reste possible en IFTTT, mais c’est un peu lent (2 sec environ)

Consommation des appareils énergivores

  • Les prises Konyks via Tuya gèrent la consommation, notamment en veille, et parfois ça fait peur. De plus elles permettent de gérer des scénarios de base et un minuteur (genre, j’allume le home cinéma et celui-ci s’éteindra dans deux heures, soit après que j’ai regardé mon film).
  • Comme pour l’éclairage, on n’encombre pas Jeedom pour l’instant avec ça.

Les coupures EDF

Pourquoi en utiliser plusieurs points de détection ? En province il y a souvent des coupures EdF (vent, orages, vétusté) mais aussi parfois des différentiels de section qui tombent (surement d’humidité quelque part). Et dans ce cas il est important de savoir ce qui s’est passé à distance afin de pouvoir faire intervenir et guider un proche afin de ne pas retrouver un congélateur perdu au retour de voyage.

  • Sur la ZiBase j’utilisais des micromodules InterTechno alimentés sur piles pour déclencher une action en cas de coupure EdF. Ça doit être réutilisable sous Jeedom via le RFPlayer.
  • Pour la partie informatique je devrais pouvoir récupérer les infos des onduleurs APC avec le plugin SNMP.
  • Notification SMS / Pushbullet et / ou action voire IFTTT

Alarmes

  • Le système d’alarme Visonic est autonome. C’est un principe minimal de sécurité.
  • Par contre la remonté des capteurs sur Jeedom peut être intéressante afin d’identifier ce qui a déclenché une alarme à distance, voire déclencher une action secondaire en cas d’intrusion.
  • Plus pratique, se servir des contacts d’ouverture pour désactiver un radiateur ou des capteurs de présence en temporisant pour réduire l’éclairage ou la climatisation (gadget en phase 2…)

Présence

  • Déterminer via la localisation du mobile la mise en route du chauffage ou climatisation. Il y a je crois un plugin pour ça…
  • Gérer l’éclairage extérieur à l’approche de la maison via le WiFi

Les logiciels

  • Jeedom
  • Application mobile Jeedom (je ne suis pas fan)
  • Application mobile ImpériHome (je m'en servait déja sur la ZiBase) via le plugin idoine dans Jeedom
  • Application mobile TuyaSmart

Le matériel

Serveur, box domotique

Jeedom est installé sur un Raspberry Pi3 et les dongles USB utiles. Evolution possible dans une VM VMWare ESXi.

Avant que l’on me pose la question je vais expliquer pourquoi  je n’ai pas utilisé de Z-Wave, qui est pourtant le protocole roi dans cet univers, protocole ayant eu le soutien de tous les boutiquiers de la domotique (maintenant remplacés par Amazon…). Bref, je n’en ai jamais utilisé sur la ZiBase et j’ai pu m’en passer. Et surtout c’est trop cher, le moindre module Z-Wave étant affiché à 50 €.

Sondes de température :

  • Oregon : j’en ai plusieurs, elles étaient reconnues par le ZiBase et elles fonctionnent correctement via la clé RFPlayer (125 €) et le plugin idoine. Inconvénient, elles sont moches et il faut refaire l’appairage à chaque changement de piles ce qui est une corvée à l’usage.
  • Xianomi et Xianomi Aquara en Zigbee (6/12 €) : Fonctionnement OK via la clé ZiGate (45 €) et le plugin idoine. En cas de longue distance on peut mailler avec une prise Zigbee. Ces sondes esthétiques et très discrètes ne transmettent les infos (température, humidité, pression) que s’il y a un changement d’état et / ou très aléatoirement s’il n’y a pas de changement. Le modèle carré (Aquara) semble plus volubile. A valider en période de chauffage.
  • Xianomi en Bluethoth 12/18 € : reconue par le plugin BLEA. Intervalle réglable. Elles sont très esthétiques. La portée est réduite avec le Bluetooth intégré au Pi mais ça devient correct (100 m²) avec une clé Bluetooth longue portée (UD100, 45 €). Test ici.

Présence

  • Capteurs d’alarme Visonic via le RFPlayer
  • Capteurs Xianomi via la ZiGate
  • BLEA + tag Nutt
  • WiFI via les smartphones

Notifications

  • SMS (Free API)
  • Pushbullet

Alarmes et sécurité

  • (voir présence)

Eclairages et appareils

  • Prise et ampoules Konyks ou Sonoff, WiFi via Tuya. Les prises Sonoff S26 permettent de gérer l'état à la mise sous tension, ce n'est pas le cas des prises Konyks ou c'est plus aléatoire.
  • Possible extention en Philips Hue, Osram, Ikea and co (Zigbee) via la ZiGate et son plugin

Actionneurs

  • IPX800 : pour l’instant j’ai une IPX800 v2.
    C’est une simple carte 8 relais qui me sert pour l’instant à actionner les radiateurs et le chauffe-eau. En sortie j’ai câblé des contacteurs de puissance Finder avec le bon pouvoir de coupure et de ne pas forcer sur les relais de la carte. L’intérêt de ces contacteurs est de disposer d’un bypass manuel et ainsi de pouvoir passer les équipements en manuel en cas de défaillance de la domotique. Les versions 3 et 4 de l’IPX800 n’ont pas d’intérêt dans mon cas.
  • Prises et modules Chacon : ils se pilotent via le RFPLayer, mais ça reste un protocole peu fiable.
    Etat aléatoire lors de la remise en tension après une coupure EdF, auquel cas il est gênant de retrouver la moitié des prises ON… Impossibilité également d’utiliser deux équipements proches, c’est by design. Donc mon aventure Chacon / DI-O est terminée.
  • X2D : Je n’utilisais qu’un seul module DeltaDore pour commander le sèche-serviettes et je dois pouvoir le gérer avec le RFPlayer.
    Cette solution permet de gérer le fil pilote, mais il est vrai que je pourrais le faire avec un jeu de diodes. A voir.
  • Prises et ampoules Zigbee : via fasable via la ZiGate et son plugin. J’ai une Osram qui me fait le maillage.
  • Prise et ampoules WiFi : via Tuya, plugin en devenir ? Pas d’urgence.

Réseau et Wi-Fi

  • Le réseau et le WiFi sont gérés depuis longtemps avec du matériel Unifi (AP AC Pro et USG). Le top ! Au-delà de cette solution qui reste un peu complexe pour un particulier je recommande Amplfi de chez Unifi ou la solution WiFi proposée par Google. Un bon réseau est une base impérative en domotique et généralement le WiFi proposé par les box est à oublier.

Vidéo surveillance

  • Caméras et PVR Unifi (je sais, je suis fan de cette marque) dans une VM VMWare. C’est géré à part de façon autonome.

Multimédia

Vidéo

  • Emby (j’y reviendrai dans un post à part) en remplacement de Kodi. Des box NVidia Shield et Xanomi sous Android TV ont remplacé les PI. Elles supportent également Netflix et Amazon Vidéo.
  • TV : Tuner réseau HDHome Run qui permet de recevoir les chaine sur les box Android TV et les autres devices (même si dans la pratique je ne regarde pas la TV). Ce n’est pas compatible Canal, ce n’est pas mon problème car je ne suis pas fan, mais le cas échéant il est toujours possible d’installer MyCanal ou Molotow sur les box.

Musique

  • Sonos dans toutes les pièces, certains équipements datent de 2005 et n’ont pas pris une ride. On ne change rien. Spotify et base locale de CD numérisés.