Exception d'un chemin http dans HA Proxy sous pfSense

J'utilise HAProxy sous pfSense pour publier divers sites. Outre l'économie d'adresses IP, j'augmente la sécurité, je peux faire de la répartition de charge et je profite des certificats Let's Encrypt via le plugin Acme.

Tout fonctionne très bien, sauf sur un site ou pour lequel une URL en http a été codée en dur dans un logiciel distribué aux quatre coins du monde, logiciel que les utilisateurs rechignent à mettre à jour. Ce process http fait du GET et du POST et après avoir testé une redirection http vers https de type 308 au lieu de 301 sans grand succès, je me suis dit que la seule solution consisterait à contourner le problème... en faisant une exception pour l'url du formulaire.

Explications (en partant du principe que le lecteur connait un peu le couple pfSense / HAProxy)

  1. Je crée un SharedFrontEnd HTTPS sur une IP publique de type http / https (OffLoading) en SSL OffLoading sur le port 443
  2. Je crée un premier FrontEnd qui s'appuie sur le SharedFrontEnd HTTPS avec le certificat qui va bien, cela qui va faire transiter le flux HTTPS vers mon BackEnd. On vérifie le bon fonctionnement depuis un navigateur avec https://www.domain.tld. OK.
  3. Je crée un SharedFrontEnd HTTP sur la même IP publique de type http / https (OffLoading) sans SSL OffLoading sur le port 80
  4. Je crée un second FrontEnd qui s'appuie sur le SharedFrontEnd HTTP qui lui va faire transiter en HTTP mon exception via deux ACL (hostname + path) vers mon Backend avec ces deux conditions (au sens HAProxy) et redirigera tout le reste vers le premier FrontEnd en HTTPS grâce à une règle qui exclut mon exception.

 

Voici le règle de redirection que l'on peut également placer en custom rule.

http-request redirect code 301 location https://%[hdr(host)]%[path] unless REG_PATH

J'avoue que j'en ai un peu bavé (avec l'aide de Victor), mais ça prouve une fois de plus qu'il y a peu de choses en la matière que l'on ne peut faire avec le couple pfSense / HAProxy. D'ailleurs, je ne vais pas l'expliquer ici car je n'ai fait que suivre un bon tuto, mais il est parfaitement possible de publier ainsi un serveur Exchange avec répartition de charge et éviter de coûteux répartiteurs de charge.

Sources :

 

Exploiter un serveur dédié chez Online

Je dispose depuis des années, entre autres, d’un serveur dédié sur Online / Scaleway. Pourquoi eux ? Pour le service toujours très réactif, ils répondent au téléphone tout de suite, et par exemple hier soir j’ouvre un ticket à 3 heures du matin et en 5 minutes j’avais ma réponse. Bref, on n’est pas chez OVH ! A l’occasion d’une promo je commande un nouveau serveur avec une belle remise, je me trompe en en choisissant un sans RAID hardware, un coup de fil et c’est réglé et remboursé et je n’ai plus qu’à recommander le bon serveur, avec du RAID car je veux faire de l’ESX.

Vous allez me demander pourquoi je ne prends pas simplement des instance cloud, simplement parce que c'est bien plus coûteux et surtout j'aime bien avoir la main sur toute la chaîne.

Installer un hyperviseur sur ce genre de serveur permet de mutualiser plusieurs VM dont j’aurais besoin. Pour accéder à ces VM Online propose des IP Failover facturées en sus, que l’on affecte généralement à chaque VM, qui seront de fait exposée sur le net avec leur IP. Cela pose deux problèmes, outre le coût (1.99 € / mois par IP) qui n’est pas le plus important, la sécurité du serveur hébergé sur la VM n’est assurée que par le firewall de l’O/S, ce qui reste léger et potentiellement vulnérable.

J’ai donc fait le choix cette fois de ne pas exposer mes VM et d’installer une VM frontale qui servira de reverse proxy et qui sera la seule vue de l’extérieur, donc je n’aurais besoin que d’une seule IP Failover. Il existe plusieurs solutions pour faire ça, Traefik, Ngnix par exemple, j’ai choisi pfSense avec le plugin HAProxy qui est simple à déployer et qui en plus gère très bien les certificats Lets Encrypt via le plugin Acme.

Dans la pratique on installe ESX en quelques clics via la console Online, ensuite on crée sur ESX un LAN qui n’est connecté à aucune carte réseau (on doit pouvoir utiliser le même swich virtuel que pour le WAN avec un VLAN, mais ce serait se compliquer la vie). Dans la console Online on achète une IP Failover, on l’associe au serveur dédié et on lui attribue une adresse MAC que l’on reportera sur le WAN de la VM pfSense. (je trouve le client vSphère plus intuitif que la version web pour faire ce genre de réglages).

On installe pfSense à partir d’une ISO dans une VM avec une patte WAN (sans oublier d'y reporter la MAC adresse de l'IP Faiover), et une patte LAN. Pour ces deux interfaces on prend une carte réseau VMXNet3 pour de meilleures performances.

Une fois l’installation terminée, depuis la console ont défini VMX0 sur le WAN et VMX1 sur le LAN et on configure les adresses IP correspondantes, l’IP Failover sur le WAN (SANS GATEWAY, c’est important) et une IP LAN, 192.168.x.1 par exemple et sans passerelle puisque c’est le LAN. On n’active pas le serveur DHCP.

Ensuite on passe dans le shell de la console (ce n’est pas du Linux mais du FreeBSD) et c’est là qu’il y a une particularité qui est propre à certains hébergeurs, ici pour Online, mais il y a une variante OVH par exemple. pfSense ne permet pas d’avoir une passerelle en dehors du masque de son IP WAN, il va donc falloir ruser en la définissant via le shell :

route del default (pour retirer les passerelles existantes)
route add -net 62.210.0.1/32 -iface vmx0
route add default 62.210.0.1

A partir de là on peut se connecter à pfSense avec un navigateur et se laisser guider par le wizard. On confirmera l’IP Failover mais toujours sans passerelle (ni MAC). On teste avec les diag en faisant un ping vers 1.1.1.1 et on crée une règle pour autoriser le trafic sortant depuis notre LAN. Pour la suite de la configuration cherchez vous un tuto sur pfSense !

Voilà, il ne reste plus qu’à installer nos VM et les publier via HAProxy dans pfSense.

Bonus

  • Mettre des ACL sur le firewall d’ESX pour limiter l’admin uniquement depuis certaines IP
  • Rendre l'accès à la configuration pfSense accessible uniquement depuis le LAN
  • Installer une VM Zerotier site-to-site afin de pouvoir accéder aux VM (en RDP ou SSH par exemple) ainsi qu'à l’admin de pfSense qui ne sera exposée que sur le LAN.
  • Sur pfSense installer le package Open-VM-Tools
  • Sur pfSense installer le package Shellcmd afin de figer les routes spécifiques exposées ci-dessus.

J’ai fait ça sur un serveur un peu costaud, mais c’est jouable sur les petits serveurs Avoton d'entrée de gamme qui étaient soldés à 4 € avec 16 GO…

Sources 

 

SSL mi amor… & pfSense

On ne vantera jamais assez les mérites d’un reverse proxy en termes de sécurité. Mais au-delà de la sécurité, un reverse proxy peut aussi nous faciliter la vie pour la publication de services web en mode sécurisé, et donc la gestion des certificats.

Si selon le niveau de protection et d’assurance il faudra continuer à acheter des certificats hors de prix, dont la sécurité a parfois été corrompue même chez les soi-disant plus sérieux fournisseurs, pour bien des services l’utilisation de certificats Let’s Encrypt fera parfaitement l’affaire.

Au passage vous noterez que si j’étais fan de Sophos XG, je suis en train de m’orienter vers pfSense que je trouve bien plus simple et mieux documenté par la communauté.

Il y a plusieurs façons d’utiliser Let’s Encrypt :

  • Via un script ou un logiciel installé sur le backend (le serveur web) qui génère le certificat, il faudra ensuite l’exporter manuellement ou via un script vers le reverse proxy si on en utilise un en frontal, mais on peu aussi passer en direct, en NAT ou une simple redirection de ports.
  • Via un script géré par le firewall / reverse proxy. C’est ce que je vais décrire ici en utilisant pfSense ou j’installerais les paquets Acme et HAProxy.

Acme

Automated Certificate Management Environment, for automated use of LetsEncrypt certificates.

Cette implémentation très complète va nous permettre de générer et renouveler automatiquement des certificats Lets’s Encrypt (Standard, Wilcard ou San) et de les installer dans pfSense. Cette implémentation sait s’appuyer sur les API des principaux DNS, ce qui nous évitera d’avoir à ouvrir un port 80 comme cela était nécessaire auparavant. Le plus simple sera de générer un wilcard : *.domaine.tld.

Il sera également possible d’exporter ces certificats, manuellement, ou via un script vers un serveur web si nécessaire (par exemple, un script PowerShell sur un serveur Exchange pour récupérer les certificats, les installer et les activer).

Dans notre exemple on n’exporte rien car on va se servir de HA Proxy comme Frontend, c’est à lui qu’incombera la gestion du SSL (le SSL Offloading consiste à déporter la gestion du SSL sur le reverse proxy / load balancer, et donc sur le serveur web on ne laisse que le service HTTP, les sessions HTTPS n'étant cryptées qu'entre l'internaute et le reverse proxy qui peut également jouer un rôle d’équilibreur de charge si nécessaire).

HA Proxy

The Reliable, High Performance TCP/HTTP(S) Load Balancer.

Il s’agit ici d’un reverse proxy moderne qui permet également d’équilibrer la charge vers plusieurs Backends.

On aurait pu utiliser le paquet Squid, mais je lui reproche de ne pas gérer SNI (à vérifier) et donc de ne pouvoir servir plusieurs domaines en SSL. Squid est toutefois plus simple et fera l’affaire pour une installation simple ou domestique. A noter également que tant HA Proxy que Squid permettent de publier un serveur Exchange, et donc de remplacer avantageusement de vieux ISA ou TMG que Microsoft nous a tant vanté avant de les oublier…

Je ne vais pas reprendre un fastidieux steep by steep de publication il y en a de très bien faits… mais juste résumer :

  1. Installation de pfSense (il y a des VM toutes prêtes) avec un lien WAN et un lien LAN. On peut éventuellement ajouter des IP virtuelles (VIP) coté WAN si on en dispose.
  2. On crée une règle sur le firewall ou on autorise le port 443 (HTTPS) en entrant sur le WAN.
  3. Sur HA Proxy on crée un Backend avec l’IP interne sur le port 80 (ou autre) et sans SSL (sans car on pourrait également sécuriser le flux interne). Dans les options de LoadBalancing on choisit None si on a qu’un Backend, et dans ce cas on n’oublie pas de choisir également None au niveau Health checking. Et c’est tout, le reste si on ne sait pas, on ne touche pas.
  4. Sur HA Proxy on crée un Frontend qui écoute sur le port WAN (ou VIP), on coche SSL Offloading et plus bas dans SSL Offloading on choisit le certificat lié au domaine que l’on va utiliser (une règle Frontend par domaine géré). Dans Default backend, access control lists and actions on va gérer nos serveurs en utilisant l’expression Host Matches et la valeur, par exemple canaletto.fr que l’on nomme www (inutile si on n’a qu’un seul serveur à sécuriser). Ensuite plus bas dans Actions on va dire que la condition www est redirigée vers le Backend idoine. Ici aussi, c’est tout, le reste si on ne sait pas, on ne touche pas, car comme vous pourrez l’observer HA Proxy dispose d’une multitude d’options qui ne seront utiles que dans certains cas.

Test

Pour tester ce genre de configuration l’idéal est de disposer une machine connectée sur l’internet en dehors de votre réseau. La machine d’un ami en remote (TS, TeamViewer, NoMachine ou AnyDesk) ou encore une machine connectée en 4G.

Comme à ce stade on n’a probablement pas encore renseigné le DNS public, le plus simple est de créer une entrée dans le fichier hosts (sous Windows le plus simple est d’utiliser HostMan). 

Ensuite on lance une session dans le navigateur et on vérifie que c’est vert et que le certificat est valide et correspond bien à celui utilisé. Si c’est le cas il n’y a plus qu’à s’occuper du DNS public.

Info

Vous imaginez bien que je n’ai pas creusé ce sujet uniquement pour publier un Jeedom. Au départ il s’agissait de publier des serveurs Microsoft Exchange avec des certificats SAN classiques et couteux, et quand on publie de l’Exchange on peut faire à peu près tout. Ensuite j’ai trouvé la gestion Let’s Encrypt tellement simple dans pfSense que je me suis dit que finalement cet outil embarqué dans une VM ou un petit Appliance pouvait d’adapter à toutes les situations, même les plus simples. Du coup je vais probablement remplacer Sophos XG et pourquoi pas également chez moi à la place ou à côté de l’USG qui est très bien pour le trafic sortant mais n’évolue pas trop et ne permet pas de faire du reverse proxy.

Sources

https://pixelabs.fr/installation-configuration-pfsense-virtualbox/https://www.aide-sys.fr/exchange-2016-haproxy-pfsense/
https://docs.netgate.com/pfsense/en/latest/virtualization/virtualizing-pfsense-with-vmware-vsphere-esxi.html

https://www.aide-sys.fr/exchange-2016-haproxy-pfsense/
https://pixelabs.fr/installation-role-transport-edge-2016-partie-2/
https://www.moh10ly.com/blog/pfsense/publishing-exchange-on-pfsense
https://www.supinfo.com/articles/single/6326-mise-place-serveurs-web-haute-disponibilite-avec-haproxy-pfsense
https://www.itwriting.com/blog/9592-publishing-exchange-with-pfsense.html
https://www.moh10ly.com/blog/pfsense/publishing-exchange-on-pfsense
https://forum.netgate.com/topic/99804/squid-reverse-proxy-for-multiple-internal-hosts
https://tecattack.ch/index.php/2018/12/10/pfsense-2-4-4-haproxy-reverse-proxy-multiple-http-server-ubuntu-16-04/
https://all-it-network.com/pfsense-reverse-https/
https://blog.devita.co/pfsense-to-proxy-traffic-for-websites-using-pfsense/