Home Assistant & Coupures secteur

Ceux qui habitent à la campagne le savent, le réseau ERDF/Enedis est dans un état suffisamment lamentable pour que la moindre intempérie provoque des coupures électriques. Par ailleurs il peut arriver que pour une raison ou une autre un différentiel saute. Et ces coupures on un impact sur toute installation domotique, si sur certains appareils on peut gérer le comportement lors de la reprise électrique (Shelly par exemple) ce n'est pas le cas de beaucoup d'ampoules ou de prises commandées (Tuya pour le mauvais élève), il faudra donc gérer ce que l'on fait lors de la reprise en domotique et / ou être avertit en cas d'absence afin de mandater quelqu'un pour réarmer le différentiel du congélateur...

Et pour ça il faut que Home Assistant soit très rapidement informé sur les points de coupure possibles afin par exemple de sauvegarder et restaurer un état comme j'en avait parlé ici. Chez moi je dénombre 4 point de coupures. Le disjoncteur général + 4 disjoncteurs différentiels (1 par étage de mon tableau électrique).

Il me fallait donc un système qui me permette de tester la non présence électrique sur ces 5 points de coupure. Pour y parvenir j'ai commandé une carte qui comporte 8 optocoupleurs (lien non sponsorisé) (ça existe en 1, 3 et 8 canaux) que je vais pouvoir exploiter en GPIO. Le principe est simple, si présence électrique en entrée le port passe à 1.

Au départ je comptais exploiter ça sur le Raspberry qui me sert en remote pour le Zigbee et BLE avec l'intégration GPIO idoine, mais ce n'était pas assez réactif, j'ai donc opté pour un ESP que j'avais sous la main, et c'est ainsi que j'ai mis le doigt dans Tasmota, chose dont je connaissait l'existence grâce à @mathieu qui en fait une promotion quasi sectaire, mais que je n'avais jamais exploré...

ESP8266

Ce module présente l'avantage de s'alimenter en Micro USB, avantage car on a tous dans nos tiroirs des chargeurs et des câbles dans ce format. C'est également avec ce câble que l'on va le brancher sur un PC afin de le Tasmotiser (pas sur que l'Académie ajoute ce verbe cette année). Pour le reste, je ne suis pas spécialiste pour vous parler de ses avantages et inconvénients, ah si, il était présent au fond de mon tiroir.

On lance tasmotizer.exe (ça existe pour d'autres confessions que Windows) et le reste se fait tout seul, ça va même télécharger le firmware idoine. Presque trop facile. Une fois que c'est fait alimente l'ESP et on se connecte dessus en WI-FI afin de renseigner notre SSID dédié IoT. Après un redémarrage on peut ouvrir avec un navigateur et débuter la configuration du module. Je vous laisse trouver comment repérer l'IP et lui faire une réservation DHCP.

Tasmota

Dans la configuration on commence par choisir le type de module (Generic 18) et on configure 5 GPIO en mode SWITCH. Attention tous les ports ne sont pas utilisables, il faut tâtonner un peu quand on ne connait pas la signification des options possibles.

Ensuite on va passer à la configuration MQTT (Host, port, user et password). Et c'est tout. Enfin, il faut tout de même connecter notre carte optocoupleur avec l'ESP avec des câbles Dupont (+3.3, GND et GPIO 1 2 3 4 5).

Intégration

Sous Home Assistant il a plusieurs façons d'exploiter Tasmota (voir ici), en mode pur MQTT pour intégriste barbu (au sens Geek du terme hein !) en déclarant les devices en YAML, en mode MQTT discovery et depuis peu avec l'intégration Tasmota officielle qui va s'appuyer sur MQTT pour créer les devices et les entities. Comme je ne suis pas barbu et que je pense qu'il faut s'ouvrir au plus grand nombre, vous imaginez bien que j'ai choisit cette option.

On ajoute l'intégration avec le bouton + dans les intégrations et on laisse les options de base.

Ensuite on va dans la console du module Tasmota afin de saisir quelques options (que l'on pourrait du reste envoyer en MQTT ou en HTTP...).

SetOption19 0 # Pour lui dire de ne pas faire du discovery en MQTT mais via l'intégration Tasmota

SetOption114 # Pour activer le mode switch

SwitchMode1 2 # Mode folow inversé (0 = on, 1 = off) sur switch 1
SwitchMode2 2 # Mode folow inversé (0 = on, 1 = off) sur switch 2
SwitchMode3 2 # Mode folow inversé (0 = on, 1 = off) sur switch 3
SwitchMode4 2 # Mode folow inversé (0 = on, 1 = off) sur switch 4

Normalement à ce stade il ne nous reste plus qu'à tester notre montage en alimentant chacun des ports en 220 V. Attention, on ne le répètera jamais assez, le 220 V c'est très dangereux, donc on prend ses précautions (et si on ne le sent pas on retourne jouer à la marelle avec ses copines !). Moi je décline bien sur toute responsabilité.

Vous devriez rapidement obtenir quelque chose qui ressemble à ça :

Usage

Il ne restera ensuite plus qu'à exploiter ces binary_sensor: pour des actions ou des notifications, et pour ça je vous conseille l'intégration alert...

alert:
  tableau_1:
    name: Diff 1
    entity_id: binary_sensor.switch2
    state: 'off'   # Optional, 'on' is the default value
    repeat:
      - 10
      - 30
      - 60
      - 300
    can_acknowledge: true  # Optional, default is true
    skip_first: true  # Optional, false is the default
    message: "{{ states.sensor.date_time.state}} > ALERTE | Différentiel 1 : OFF" 
    done_message: "{{ states.sensor.date_time.state}} > ALERTE | Différentiel 1 : OK"
    notifiers:
      - slack_hass_canaletto
      - Free_Mobile

Voilà, presque trop simple. Et merci à ceux qui m'ont aidé à cogiter tout ça !

 

Ajouter un commentaire

Loading