Home Assistant vs Jeedom

Comme bien des utilisateurs, Jeedom, que j’utilise depuis deux ans, m’exaspère bien souvent. De fait s’est installé dans les communautés d’utilisateurs un étrange mouvement de Jeedom Bashing. Jeedom exaspère car s’il s’agit bien d’un programme Open Source, dans la pratique bien des options sont payantes, et même si le prix de ces options est parfois dérisoire (2 à 8 € pour un plugin), le simple fait de payer conduit à ce que les utilisateurs se sentent autorisés à râler envers les développeurs qui font parfois (souvent) la démonstration de leur arrogance. Les gens râlent face à des plugins qui ne sont pas toujours bien maintenus, peu documentés, parfois abandonnés, et face à des choix discutables et arbitraires. Bref, Jeedom respire parfois l’amateurisme et surtout l’ambiance qui règne sur les forums fait que bien souvent les utilisateurs n’osent même plus poser une question légitime de peur de se prendre un mauvais retour !

Alors quand on est pas content, on a envie d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte, c’est d’ailleurs le conseil parfois donné sur les forums par des personnes plus ou moins représentantes de Jeedom (ça on ne sait jamais vraiment). Aller ailleurs quand on a énormément investit sur une plateforme n’est pas une décision anodine car il s’agit là d’une activité chronophage et l’on n'a pas l’assurance de pouvoir faire mieux, voire simplement aussi bien, avec une solution concurrente.

S’il existe d’innombrables solutions concurrentes tant en mode commercial que DIY, et que je ne vais pas comparer ici, celle qui a vraiment la cote ces temps-ci c’est Home Assistant. HASS est une solution full open source qui dispose d’une énorme communauté internationale. Et là on sort déjà du cadre car Jeedom n’a jamais réussi à dépasser l’hexagone, le revers de la médaille est qu’il faudra d’une part un minimum de maîtrise de l’anglais, et d’autre par que certaines spécificité du marché national seront peu prise en charge.

Un soir dans un fil Telegram on a été plusieurs à se dire « chiche ? » et c’est ainsi que j’ai passé 24 heures avec Home Assistant, que je vais essayer de vous narrer (les vidéos sont prises au hasard en deux clics sur Google, mais la toile regorge d'informations).

Homme Assistant s’installe à peu près n’importe où (base Linux) et ne pose aucun problème particuliers, si en mode production un RPI4 est conseillé, je l’ai personnellement installé en quelques minutes sur une VM ESXi pour tester et grâce à un VMDK pré-buildée. La configuration est tout aussi simple, on découvre une interface hyper réactive et intuitive, mais également que HASS découvre tout seul une grande partie de vos équipements installés sur le site ! Avantage à HASS.

Une solution domotique doit communiquer avec l’extérieur, et pour cela il faut du SSL. HASS propose deux solutions, basées sur Lets’Encrypt, la première avec DuckDns prends 5 minutes et suffit amplement, la seconde adaptée à un domaine personnalisée est un peu plus longue mais pas vraiment plus. Et vu que l’adresse liée à ce domaine ne servira qu’à vous ou votre application mobile, le fait qu’il soit personnalisé n’a que peu d’importance. Avantage à HASS.

On passe ensuite à l’application mobile, on est ici face à une application très fluide qui s’appuie sur l’interface native de HASS. On y retrouve tout avec en prime la localisation qui est intégrée. Que dire, rien, si le SSL est bien configuré, on lance l’application qui reconnait toute seule HASS et ça fonctionne. On est à des années lumières du semblant d’application mobile payante de Jeedom. Avantage à HASS.

Homme Assistant dispose de plusieurs « boutiques » d’addons, tant officielles que communautaires, parler de boutiques est abusif car ici tout est gratuit et bien documenté. On est très loin de Jeedom qui se prend pour l’Apple Store. En option je recommande l’installation de HACS, la boutique communautaire optionnelle de référence basée sur Github. Avantage à HASS.

Si à l’utilisation on fait souvent beaucoup de copié / collé de code sous HASS, la majorité des automatisations et la gestion des scènes se font via l’interface utilisateur. Personnellement ce qui m’a conduit à utiliser d’abord une ZiBase, puis Jeedom, c’est la gestion de mes thermostats virtuels pour gérer mon chauffage électrique. Le chauffage électrique avec plusieurs convecteurs est une spécificité bien de chez nous. Et sur ce point, si HASS dispose bien d’un équivalent au niveau thermostat, qui s’appuie sur un capteur de température et un actionneur, son niveau est en deçà et si on veut remplacer les plugins MODE et AGENDA faciles à mettre en œuvre sous Jeedom, il faudra plonger dans le cambouis car rien n’existe vraiment, à part coder. J’ai des idées et je lance un appel à la bonne volonté des développeurs (je suis null en dev.) pour qu’on arrive à faire quelque chose de sympa ! Avantage à Jeedom. (pour l’instant j’espère).

Enfin concernant la prise en charge des Assistants vocaux Google Home ou Alexa, si cette option est bien intégrée, sous HASS la prise en charge de l’infrastructure cloud nécessaire a été confiée à un partenaire, c’est cher ($ 5 par mois contre 12 € / an pour Jeedom) mais le service est professionnel. Rien à ajouter sur cette facturation, qui est tout à fait compréhensible de part et d’autre.

Conclusion, je suis conquis. Bien sur ce n’est pas exhaustif et ces quelques lignes sont discutables, mais en 24 heures j’ai fait le tour et pas trop mal maîtrisé Homme Assistant, ce qui m’avait pris des semaines lorsque j’ai basculé de ZiBase vers Jeedom. C’est clair, aéré et fonctionnel. Ce qui n’est pas là n’est pas là, mais ce qui est proposé fonctionne, donc pas de perte de temps inutiles. J’espère donc ne jamais avoir à basculer vers Jeedom v4 et il n’est pas exclu que je laisse pour l’instant le chauffage sur Jeedom tout en migrant le reste sur Home Assistant.

Sources