Améliorer sa couverture WI-FI

La qualité du WI-FI revient souvent sur la table et on me demande souvent ce qu’il faut changer pour améliorer la situation. 

Un WI-FI de qualité devient la base de toute installation. Pour les équipements mobiles (smartphone, tablettes, laptops), multimédia (Apple TV, Android TV) mais également les objets connectés ou certains utilisent le WI-FI. D’aucuns parlent de routeurs de plus en plus puissants et évolués, mais il ne faut pas perdre de vue que le routeur (ou la box) n’est généralement pas placé au meilleur endroit pour assurer une couverture optimale des lieux, simplement parce que la ligne n’arrive généralement pas au bon endroit. Bref, la box au fond du garage ne couvre pas toute la maison, et si je la remplace par un routeur avec douze antennes mais toujours au fond du garage ça ne changera pas grand-chose. C’est pourquoi je dénigre généralement cette approche. 

Voyons les options possibles

  • Pour les petites surfaces et un usage modéré, généralement les dernières générations des box proposées par les fournisseurs suffisent. Les Freebox Révolution et 4K dont l’électronique est similaire assurent toutes les fonctions utiles. Si les autres box sont un peu moins geek, elles font pour autant ce qu’on attend d’elles.
  • Si on est un peu geek un bon routeur WIFI bien placé peut être une alternative intéressante, dans ce cas on passe la box en mode bridge (on perd souvent la TV, mais pas toujours). On peut aussi envisager un modem / routeur. Dans tous les cas cette solution sera équivalente à la box des FAI avec plus ou moins de fonctionnalités et parfois des régressions (TV, téléphone).
  • Une solution professionnelle du genre routeur / firewall et des bornes WI-FI indépendantes. C’est une configuration de type entreprise que j’ai déployée dans mon home lab. Ca nécessite quelques connaissances de base, mais c’est illimité en termes de possibilités. Après avoir longtemps travaillé avec des routeurs de la gamme RV de Cisco j’ai basculé vers de l’Unifi avec un USG à la place du routeur et des bornes WI-FI de la même marque. L’USG gère deux accès ADSL en mode répartition de charge ce qui assure également une tolérance aux pannes et j’envisage une option 4G. La Freebox et le modem du second opérateur sont en mode bridge. Si j’avais de la fibre je pourrais me passer du modem en connectant directement le port WAN sur l’ONT. Et pour revenir au WI-FI, si une seule borne AC Pro placée au centre de la maison assure une bonne couverture, je pourrais en chainer plusieurs, ce que l’on fait aisément sur de plus grandes surfaces.
  • Enfin, les solutions de maillage pour le grand public avec plusieurs bornes WI-FI. C’est la solution à la mode proposée par plusieurs constructeurs dans des packs avec généralement 3 bornes. Personnellement je conseillerais Google WI-FI ou Amplifi d’Unifi qui se configurent en quelques minutes avec un simple smartphone. Mais les Netgear & co ont aussi les leurs. Dans ce cas on ne fait qu’étendre le WI-FI sans toucher au routage. On désactivera donc la fonction WI-FI de la box ou du routeur pour configurer à la place la solution maillée. Si on avait déjà un SSID personnalisé, autant reprendre la même configuration et mot de passe afin de ne pas avoir à ré authentifier tous les équipements. On peut également en profiter pour créer un réseau pour les invités qui n’auront accès qu’a Internet et non aux équipements locaux.

Le réglage des canaux

Dans un contexte saturé on évitera les canaux encombrés. Les équipements disposent généralement de réglages automatiques mais on pourra affiner avec une application sur smartphone qui permettra de visualiser la situation avec les équipements des voisins sur lesquels on ne pourra pas agir. Dans une maison isolée il peut y avoir d’autres équipements à contourner qui ont leur propre WI-FI direct (TV, imprimantes) ou des réseaux cachés comme celui de Sonos. Pour améliorer le débit on choisir une largeur de bande de 40 Mhz pour peu qu’il y ait de la place… 

Les normes

Ces normes sont définies par l’IEEE. Actuellement on parle de 802.11n et 802.11ac. Pour faire simple la plus répandue est le 802.11n ou les appareils assurent également la compatibilité b et g. Le 802.11ac travaille sur des fréquences plus hautes, sa portée est moindre mais son débit est plus important. Le minimum à ce jour est de disposer de 802.11bgn et un nouvel investissement devra inclure le 802.11ac. Le 802.11ax arrive mais il n’y a pas d’urgence car peu d’équipements terminaux sont disponibles. Enfin, le marketing s’empare de la chose et pour plus de clarté ces normes vont être renommées WI-FI 1 2 3 4 5… Pour comprendre tout ça il y a plein d’articles sur la toile, comme ici par exemple.

Enfin, n’oubliez jamais que le WI-FI ne remplacera jamais le câble Ethernet. D’ailleurs pour brancher des bornes aux bons endroits il faut du câble. Dons dans une construction ou un contexte de rénovation il ne faut pas hésiter à passer des câbles dans tous les sens et les ramener vers un point central (câblage en étoile). Ne pas perdre de vue que l’endroit idéal pour poser un point d’accès se situe généralement en hauteur, un peu comme un détecteur de fumée dont la forme est souvent reprise.