NextDNS, une bonne alternative

Traditionnellement, et encore aujourd'hui, la grande majorité des utilisateurs se servent du DNS de leur fournisseur d'accès sans vraiment savoir de quoi il s'agit. Certains plus aguerris l'ont changé, enfin ceux qui peuvent car certains fournisseurs comme par Orange (lamentable sur ce point) rendent ce changement impossible sur les LiveBox. Mais il y a toujours moyen de contourner sur les appareils connectés ou mieux les navigateurs. Depuis peu les navigateurs modernes permettent de configurer un DNS sécurisé (DNS over HTTPS, DoH), et d'ailleurs dans les dernières version celui ci est déjà plus ou moins configuré.

Les choix :

  • Google : ça reste le premier choix alternatif que l'on retrouve. Donc au cas ou Google aurait loupé un de vos pas, il se rattrape en fournissant un DNS gratuit.
  • Cloudflare : on ne présente plus, certainement le plus rapide.
  • Quad9 : une autre initiative suisse, plus transparent et qui assure un filtrage de domaines malveillants...
  • La liste est longue et vous la retrouverez ici.

Pour aller un un peu plus loin on peut également utiliser un DNS filtrant à installer (et maintenir) sur son propre réseau. Il en existe principalement deux, Pi Hole et AdGuard Home. Je ne suis pas fan du premier, mais j'aime bien Adguard. L'inconvénient est qu'il faut une infrastructure minimale (VM, Docker, etc..) et que cela ne fonctionnera que sur un site. J'ai longtemps utilisé AdGuard, et comme tous les DNS filtrants on se retrouve parfois avec des faux positifs qui au final peuvent ralentir les flux.

L'intérêt d'utiliser un DNS filtrant réside principalement dans les points suivant :

  • Protection de la vie privée : confidentialité des requêtes, protection contre les trackers, suppression des publicités intrusives,
  • Sécurité : protection contre les menaces qui utilisent le DNS,
  • Contrôle parental,
  • Supervision.

NextDNS

Enfin, si je vous parle de tout ça c'est pour vous présenter NextDNS.

NextDNS est une offre hébergée qui combine les avantages d'un AdGuard Home et d'un DNS rapide accessible partout. L'avantage étant que je vais pouvoir l'utiliser sur plusieurs sites ou je me déplace, mais également en situation de mobilité.

Pour en profiter il est possible de changer (quand on peut) le DNS affecté au DHCP sur le routeur ou la box par ceux proposés par NextDNS. Mais pas que. Il est également possible de configurer DoH sur les navigateurs et les O/S Mobiles de façon très simple afin d'en profiter en situation de mobilité, sans pour autant avoir à modifier la configuration à chaque usage. Et pour ceux qui sont réfractaires à la technique, les service propose des applications pour tous les systèmes avec des guides très clairs proposés sur le panneau de contrôle de NextDNS.

Et oui car panneau de contrôle il y a, et c'est un gros plus offert par NextDNS. Outre les diverses configurations possibles on vas y retrouver des statistiques ainsi que la liste des requêtes que l'on a fait. Bien sur ces options sont facultatives, ces données ne sont présentes que pour vous et si on le souhaite NextDNS n'enregistrera simplement rien. Mais laissez les au moins un temps, histoire de vous faire peur en voyant le nombre de requêtes faites par vos appareils, ainsi que votre dépendance aux GAFAM's, c'est juste effarant ! (le graphique qui suit c'est juste 24 heures chez moi...).

Navigateurs

Si DNS over HTTPS fonctionne très bien sur Opera, Edge (Chromium MS) ou Firefox, la fonctionnalité est par contre bloquée sur ma machine avec Chrome et brave au motif que ces navigateurs seraient managés par une organisation. Ce n'est pas le cas, hormis le fait que ce PC fait partie d'un domaine Active Directory, sans toutefois de policies spécifiques à navigateurs. Pas de problème par contre sur MacOS ou sur d'autres PC hors domaine. Un point à creuser.

Aller plus loin en entreprise

Dans le cas d'un réseau d'entreprise ou d'utilisateur avancé on va donc aller changer le DNS sur le routeur ou le serveur DNS. Et si on est sur un domaine Active Directory, ce qui est mon cas, le DNS Windows est un passage obligatoire. Et là c'est le bug, car si Microsoft commence timidement à introduire DoH sur Windows 10, le DNS de Windows Server sur lequel repose Active Directory n'est toujours pas adapté à DNS over HTTPS ou DNS over TLS au niveau des redirecteurs (forwarders).

La seule solution est donc de passer en clair entre le DNS du serveur Windows et les IP de NextDNS. Et justement passer en clair est une des choses qu'on ne veut pas faire. Pour contourner ça NextDNS propose une sorte de proxy DNS sur lequel on pourrait faire pointer nos forwarders, une version graphique qui installe un driver TAP (en 2021 sérieux ?) et un client CLI qui ferait bien l'affaire mais ne fonctionne pas correctement. Clairement chez NextDNS Windows c'est pas leur truc et les explications et réponses aux questions que l'on trouve sur leur forum ou le GitHub en témoignent.

Pour l'expérience j'ai donc monté un AdGuard transparent dans un Docker qui pointe sur https://dns.nextdns.io/xxxxxx en DoH. Ca fonctionne en faisant pointer dessus le sforwarders de mon serveur DNS sous Windows Server. Je suppose que j'aurais pu faire la même chose avec un petit Linux et le client CLI, mais mon but était démontrer que ça tourne dans un environnement Windows d'entreprise. Après avoir perdu pas mal de temps à chercher des informations je me suis dit que ce CLI n'avait peut être jamais été testé sur Windows Serveur 2016/2019 et qu'il fonctionnerait peut être sur une vieille version de Windows, et banco ça fonctionne sur un Windows 2008R2 vintage... Sérieux ? Donc :

nextdns install -config 71fc72 -report-client-info -listen 0.0.0.0:53

Et ensuite on fait pointer du DNS Windows sur l'IP de ce serveur et c'est transparent pour les utilisateurs.

Une alternative pourrait consister à changer de DNS sur les clients (via le DHCP) et à les faire pointer sur le proxy DNS en précisent que les requêtes du domaine Active directory local pointeront bien sur le DNS AD. C'est possible, mais ce n'est pas ce que je conseillerais.

nextdns install -config 71fc72 -report-client-info -listen 0.0.0.0:53 -forwarder canaletto.fr=192.168.10.10

Dans l'absolu ce petit CLI est très bien fait, il est juste un peu bâclé en ce qui concerne l'environnement Windows. Par contre il s'installe en mode service et sera donc persistant.

Bonus

NextDNS permet de faire de la réécriture de DNS, une fonction qui sera intéressante quand on utilise un VPN/SDN comme Zerotier car cela de permettre de résoudre des nom de hosts internet sur des adresses IP privée, ce qui est théoriquement contraire aux RFC sur un DNS public (bien que certains come CloudFlare l'acceptent, ce n'est jamais une bonne idée de documenter ainsi une architecture interne).

Conclusion

Je ne vais pas détailler tout ce que les autres sites ont pu écrire, pas même insérer un lien d'affiliation qui pourtant existe.

Ce service est un peu jeune, mais il avance rapidement. il est le fruit de deux Français expatriés aux Etats Unis. Personnellement je suis séduit et je vous invite à le prendre en main.

NextDNS est un service qui peut être gratuit pour un usage Soho limité à 300.000 requêtes, ça peut être suffisant dans pas mal de cas, en ce qui me concerne j'en suis à 150.000 en 24 heures, mais il faut dire que j'ai un peu poussé la chose dans ses retranchements. La tarification est très accessible (2 € par mois ou 20 € par an pour l'utilisation que j'en ai) et il existe des offres destinées aux entreprises et à l'enseignement.

Enjoy ;-) (je mettrais à jour cet article au fil du temps... N'hésitez pas à revenir).

Sources

 

Ajouter un commentaire

Loading